Les risques si vous ne souscrivez pas une assurance dommage ouvrage

La rédaction - publié le 02/09/2019 à 14:30

Certains foyers pourraient choisir de mettre de côté cette assurance dommage ouvrage afin d'économiser de l'argent lors de la construction de leur maison. Cette décision est toutefois très dangereuse, car une malfaçon peut rapidement devenir cauchemardesque. Dans ce contexte, vous pourriez être confronté à de nombreuses difficultés notamment dans le cas d'une revente.

En renonçant à payer un tel contrat, vous vous exposez à d’importants risques

La souscription d’une assurance dommage ouvrage est obligatoire et pourtant, la construction d’une maison est souvent dépourvue de ce contrat indispensable. S’il est absent, plusieurs désagréments peuvent être au rendez-vous. Imaginons qu’une malfaçon vient bouleverser votre habitation, vous souhaitez ainsi recevoir une indemnité afin de procéder aux réparations. Avec un tel contrat, celle-ci est déployée, ce qui vous permet de combler rapidement vos attentes et la situation n’aura pas tendance à s’aggraver. A contrario, vous aviez choisi de faire l’impasse sur cette assurance pour tenter d’économiser quelques euros. Malheureusement, la justice doit se prononcer concernant la recherche des responsabilités.Tant qu’elle n’a pas partagé son avis, aucune indemnité ne sera diffusée. Cela peut être très problématique pour votre quotidien surtout si le contexte devient de plus en plus inquiétant. Certaines malfaçons entachent directement la structure de la bâtisse qui peut ainsi menacer de s’effondrer si des travaux ne sont pas entrepris. Il est certes intéressant de chercher des astuces afin d’économiser de l’argent, mais ce domaine demande la plus grande attention même si le budget peut s’avérer élevé pour certains foyers.

Le coût demandé pour une assurance dommage ouvrage est souvent élevé

Vous êtes invité à comparer les contrats que vous souhaitiez construire votre maison ou effectuer d’importants travaux. Parmi ces derniers, nous pouvons compter l’extension, la surélévation ou encore le ravalement de la façade notamment si vous avez la volonté d’améliorer l’isolation de votre demeure. En confrontant toutes les formules et les garanties énoncées, vous aurez l’occasion d’économiser quelques centaines d’euros, mais le coût à prévoir reste élevé. Il s’articule autour de plusieurs milliers d’euros. Certains dossiers demanderont donc un budget de 4000 euros, mais la sérénité ne semble pas avoir de prix. Grâce à cet investissement, vous pourrez rapidement jouir d’une indemnité, car ce contrat a la particularité de couvrir tous les risques liés à la malfaçon du gros œuvre

L'absence d'assurance dommage ouvrage rend difficile la vente d'un tel bien immobilier

Même si aucun problème ne venait entacher votre quotidien, d’autres difficultés pourraient nuire à vos projets. Imaginons que vous ne souhaitez pas souscrire à une assurance dommage ouvrage puisque votre budget dédié à la construction est déjà limité. Heureusement, pendant les cinq premières années, vous n’avez pas été confronté à des désagréments majeurs liés à la bâtisse. Toutefois, votre vie a pris une tournure différente, vous envisagez désormais de vendre cette habitation. Cette dernière ne trouvera pas facilement un nouveau propriétaire, car les acquéreurs sont nombreux à demander tous les documents susceptibles de leur apporter une véritable couverture. Il faut noter que cette assurance protège les acheteurs si le délai n’est pas dépassé.Vous serez donc contraint d’abaisser parfois considérablement le prix pour espérer identifier une personne intéressée. Si vous aviez choisi d’investir plusieurs milliers d’euros lors de la construction, vous n’auriez pas perdu une somme aussi importante dans le cas d’une vente sans une assurance dommage ouvrage.

Le déroulement de la souscription et de la procédure d'indemnité

Il est donc judicieux de se lancer dans une souscription qui doit être réalisée avant le début du chantier selon l’article L. 242-1 du Code des assurances. La procédure est relativement simple, vous serez amené à fournir des attestations pour les assurances signées par toutes les entreprises qui auront la capacité d’intervenir dans votre projet qu’il soit en lien avec une construction ou des travaux importants. Un dossier doit être constitué avec notamment les descriptifs de toutes les interventions, les plans ainsi que les constats de l’exécution des travaux. Il est judicieux de préciser que certaines compagnies peuvent refuser une telle souscription, mais, si deux d’entre elles ont la même réponse, il vous reste une autre solution à savoir le Bureau central de tarification. Il suffit d’adresser un dossier à ce dernier pour jouir d’une assurance dommage ouvrage conforme à vos attentes et à la législation.Si malheureusement un problème est identifié, vous devrez lancer une procédure afin de recevoir rapidement l’indemnité. Pour le gros œuvre, vous avez une décennie pour agir contre deux ans pour tous les équipements mobiles. Un huissier devra être prévenu par un courrier recommandé avec un accusé de réception afin d’expliquer l’objet de cette demande. L’assureur sera contacté et il aura trois mois pour partager une indemnisation et informer le propriétaire si le sinistre est couvert par la garantie. Pendant ce laps de temps, un expert sera dépêché sur place pour qu’il puisse étudier la malfaçon dans le but de déterminer le montant de cette fameuse indemnité.

Tous les guides assurances
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.