Comment obtenir un crédit d’impôt « jardinage » ?

Mustapha Azzouz - publié le 11/02/2021 à 11:00

Entretenir un jardin, cela demande du temps, alors un peu d’aide est toujours la bienvenue. Vous pensez ne pas avoir le budget en vue d’employer une personne pour vos travaux de jardinage ? Détrompez-vous, il est en effet possible d’obtenir un crédit d’impôt « jardinage » qui couvrira une partie de vos dépenses. Explications.

Crédit d’impôt « jardinage » : le principe

Pour obtenir un crédit d’impôt « jardinage », il est impératif d’employer un salarié à domicile ou de faire appel à un organisme agréé. Cet avantage est en effet accordé aux particuliers employeurs. Ils devront dans ce cas verser le salaire à la personne ou à la société embauchée pour le jardinage et pourront récupérer une partie de la somme dépensée au moment de s’acquitter de leur impôt sur le revenu. Le crédit d’impôt pour jardinage peut atteindre 50 % du montant engagé pour l’entretien du jardin. Les dépenses sont plafonnées à 5 000 € annuel par foyer fiscal. Si le montant de votre crédit d’impôt jardinage est supérieur à votre impôt sur le revenu, alors l’administration vous fera un versement de la différence. 

Bon à savoir : le service à la personne, un bon moyen d’obtenir une réduction d’impôt

Ce sont les dispositions relatives au service à la personne qui vous permettent d’obtenir un crédit d’impôt « jardinage ». Ainsi, vous pouvez également bénéficier d’un abattement de 50 % sur les frais engagés pour la garde d’enfants, les travaux ménagers ou de bricolage, ou des prestations de soutien scolaire.
 

À quels travaux s’applique le crédit d’impôt « jardinage » ?

Pour espérer obtenir une aide fiscale pour ses travaux d’entretien de jardin, il faut que les tâches effectuées par la personne employée correspondent à « l’entretien courant ». Il peut s’agir du ramassage des fruits et légumes, d’une mission de débroussaillage ou de la taille des arbres et arbustes. La tonte de la pelouse et les tâches d’embellissement du jardin ne nécessitant pas de qualification particulière sont également acceptées pour le crédit d’impôt.

Attention cependant, tout ce qui se rapporte au jardin ne peut pas être pris en compte. Ainsi, la cueillette doit être effectuée pour des particuliers et ne pas s’apparenter à une prestation agricole. De même, il ne faut pas confondre débroussaillage et exploitation forestière. Enfin, tous les travaux de terrassement ou de conception paysagère sont exclus de ce dispositif.

Si vous vivez en colocation et que vous disposez d’un jardin, vous et vos colocataires ne pourrez avoir accès au crédit d’impôt « jardinage ». En effet, s’il vous est possible de profiter de ce dispositif d’abattement sur les prestations de service à la personne, cela ne s’applique qu’aux parties privatives de la colocation (la chambre). Le jardin étant considéré comme un bien commun, les travaux qui y seront effectués ne peuvent ouvrir le droit à un crédit d’impôt.

Qui a le droit au crédit d’impôt « jardinage » ?

Pour espérer pouvoir bénéficier d’une prise en charge de ses travaux de jardinage, il faut impérativement :

 

  • Être un particulier dont la résidence fiscale est en France ;
  • Employer un salarié directement ou via une structure agréée. Il peut s’agir d’une entreprise ou d’une association ;
  • Effectuer les travaux de jardinage dans sa résidence principale ou secondaire, ou dans celle de ses ascendants. Il est ainsi possible d’obtenir un crédit d’impôt « jardinage » lorsque l’on procède à une embauche pour aider ses parents ou ses grands-parents.

Comment calculer son crédit d’impôt « jardinage » ?

Pour obtenir cet abattement, vous devrez vous assurer que les travaux exécutés chez vous sont bien éligibles. L’administration fiscale calculera ensuite votre crédit d’impôt « jardinage » à partir des « dépenses effectivement engagées ». Elles comprennent :

  • La rémunération nette du salarié soumise aux cotisations de Sécurité sociale ;
  • Les cotisations sociales versées sur la rémunération ;
  • Les sommes facturées par la structure agréée qui a été employée pour les travaux de jardinage.

Ainsi, si vos dépenses s’élèvent à 3 200 €, alors vous pourrez obtenir un crédit d’impôt « jardinage » de 1 600 €. Si vous avez dépensé 6 400 €, vous ne pourrez en déclarer que 5 000 € et obtenir un crédit maximal de 2 500 €.

Pour vous assurer d’obtenir votre abattement, pensez à reporter les frais engagés pour le service à domicile sur votre déclaration d’impôt. Si vous sollicitez ce dispositif pour la première fois, cochez la case 7DQ avant d’inscrire vos dépenses à la ligne 7DB. Selon les situations, vous pourrez également avoir besoin de compléter la ligne 7DL qui concerne le nombre d’ascendants bénéficiaires de l’APA et âgés de plus de 65 ans pour lesquels vous avez fait appel au service d’un employé à domicile. Si vous (votre conjoint ou une personne à charge) avez la carte d’invalidité, cochez la case 7DG.

Crédit d’impôt « jardinage » et prélèvement à la source

Depuis l’apparition du prélèvement à la source, le fonctionnement du crédit d’impôt a quelque peu changé. Autrefois, son attribution subissait un an de décalage. Désormais, lorsque vous avez déjà déclaré des frais ouvrant droit à cet avantage, un acompte vous est versé en janvier. Vous remplissez votre déclaration en avril et recevez le solde de votre crédit d’impôt « jardinage » dans le courant de l’été. Si vous recevez un acompte alors que vous avez décidé de ne plus faire appel à un salarié à domicile ou que vos besoins en travaux de jardinage sont moindres que l’année précédente, vous devrez rembourser le trop-perçu. Pour éviter cela, vous pouvez dès le mois de décembre de l’année précédant le versement de l’acompte demander son annulation ou une modulation de son montant. Dans le cas d’une première déclaration sollicitant un crédit d’impôt pour le jardin, son montant sera versé en été.

Si aucun justificatif ne vous est demandé au moment de votre déclaration, vous devez tout de même les conserver précieusement. En effet, l’administration fiscale peut contrôler bulletins de salaire et factures se rapportant aux sommes déclarées pendant 3 ans. Si vous ne pouvez les produire, votre crédit d’impôt « jardinage » pourra être remis en cause. Veillez également à payer vos frais de jardinage par :

  • carte bancaire,
  • virement,
  • chèque emploi service universel,
  • prélèvement,
  • ou titre universel ou interbancaire de paiement.

 

Afin que le jardin continue à rimer avec plaisir, il est parfois nécessaire de faire appel à une aide extérieure. Heureusement, pour que cette décision ne pèse pas trop sur votre budget, vous avez la possibilité d’obtenir un crédit d’impôt « jardinage » qui pourra abaisser votre facture de 50 % : il serait dommage de ne pas en profiter !

Tous les guides assurances
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.