Vers un renforcement du plafonnement des frais bancaires pour les plus pauvres

Jean-Baptiste Le Roux - publié le 02/06/2020 à 09:52

Bruno Le Maire a assuré vouloir renforcer le plafonnement des frais bancaires pour les ménages les plus précaires.

Homme calculatrice
Les banques alertent sur le coût d'un renforcement du plafonnement des frais bancaires.

Protéger les ménages les plus modestes en pleine crise économique

Les frais bancaires sont déjà plafonnés pour les ménages les plus pauvres. Mais le gouvernement souhaite aller plus loin. Interrogé dimanche 31 mai dernier sur France 3 à ce sujet, le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a indiqué vouloir renforcer ce plafonnement des frais bancaires dans une volonté de protéger davantage les ménages les plus modestes.

"Est-ce qu'on peut encore améliorer le dispositif, notamment déclencher plus vite ce soutien ? Ma réponse est oui ?" a notamment expliqué Bruno Le Maire. Une manière pour les pouvoirs publics de lutter contre une précarité grandissante chez certains ménages, alimentée notamment par la crise sanitaire et la crise économique qui s'en suit.

Vers un consensus politique ?

Cette volonté de protéger les ménages les plus modestes se retrouve dans une proposition de loi de la France insoumise, qui doit normalement être examinée jeudi 4 juin prochain à l'Assemblée nationale. Un texte qui propose d'élargir le plafonnement des frais bancaires. Sur un tel texte, les différentes formations politiques seraient donc en mesure de s'entendre pour protéger les plus modestes.

À l'heure actuelle, les bénéficiaires de ce régime de protection ne peuvent être facturés plus de 20 € par mois et 200 € par an de frais d'incidents bancaires. Cette idée de renforcer le dispositif ne séduit évidemment pas les banques, qui mettent en garde du coût d'une telle mesure. Des banques pointées du doigt pour ne pas respecter franchement les règles existantes en la matière.

À lire aussi 4 astuces pour réduire vos frais bancaires

Réduisez vos factures grâce à nos conseils services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.