Le prix du carburant bientôt à son niveau d’avant crise

Nicolas Boutin - publié le 05/03/2021 à 13:00

L’évolution de la situation économique pousse les pays producteurs de pétrole à se poser la question sur la position à adopter pour les prochains mois. Les campagnes de vaccination font espérer une reprise économique significative, qui pourrait être la cause d’une augmentation du prix du baril de pétrole.

Essence
Les membres de l’organisation pétrolière doivent arbitrer entre le maintien des restrictions et la reprise de la production.

Des prix des carburants en hausse depuis le début de l’année

Avec la crise sanitaire, l'année 2020 a vu le prix du litre de gazole baisser en moyenne de 18 centimes par rapport à 2019. Cependant, depuis le début de l’année, les prix des carburants repartent à la hausse, équivalant désormais ceux de mars 2020. La demande reste cependant toujours inférieure à celle observée avant la crise, notamment en raison du télétravail et du couvre-feu, qui limitent les déplacements.

D’autres facteurs viennent expliquer cette nouvelle hausse des prix du carburant. Parmi eux, l’espoir porté par les campagnes de vaccination, qui font espérer aux traders un retour à une activité économique normale. La reprise se fait ainsi plus forte en Asie, où la demande augmente en ce qui concerne les produits pétroliers, malgré une activité légèrement inférieure à la moyenne en février en Chine.

De nouvelles évolutions à prévoir

Les prix sont également en hausse suite à la décision des pays de l’Opep de restreindre la production. Les treize pays membres de l’organisation pétrolière, en collaboration avec leurs dix alliés, ont fait chuter leur production en avril 2020, dans le but d’éviter un effondrement des prix. La demande avait alors diminué de 30%, soit trente millions de barils en moins par jour.

En décembre 2020, l’Opep+ a signé un nouvel accord, prévoyant une augmentation de la production pour les prochains mois. Les pays producteurs de pétrole se sont à nouveau réunis pour réévaluer la décision et décider de leur position pour la suite. Les dissensions se sont cependant fait ressentir, notamment avec l’Arabie Saoudite, qui continue à défendre les restrictions, et la Russie, qui cherche à influer pour augmenter la production. L’accord qui doit être trouvé sera décisif, car il pourrait entraîner un changement de prix significatif à la pompe pour le consommateur.

À lire aussi Carburant Diesel ou Essence : quel modèle consomme le moins ?

Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.