Comment assurer l'entretien de votre chaudière à gaz ?

Florian Billaud - publié le 27/09/2019 à 10:00

Afin qu’elle assure un fonctionnement optimal, pérenne et sans danger, votre chaudière à gaz doit être parfaitement entretenue, et ce, de manière régulière. Comment procéder ? Quelle est la fréquence à laquelle se tenir ? Découvrez tous les secrets d’un bon entretien !

Pourquoi faire entretenir ma chaudière à gaz ?

L’entretien de votre chaudière à gaz est primordial. Ceci, pour plusieurs raisons. La vérification de votre système de chauffage est en premier lieu une sécurité pour vous, pour les autres occupants du logement, mais aussi pour les habitants alentour. Cela permet en effet de prévenir les risques d’intoxication au monoxyde de carbone qui, rappelons-le, provoque chaque année des décès. Un entretien régulier de votre chaudière à gaz écarte en outre les risques d’explosion, mais aussi d’incendie, puisque lors de cette opération, le ramonage du conduit d’évacuation des fumées est systématiquement effectué. Enfin, une chaudière à gaz bien entretenue a une durée de vie optimisée et conserve une performance maximale, ce qui est bon à la fois pour votre confort et pour votre porte-monnaie !

Entretien de chaudière à gaz : une obligation légale

Conformément au décret n°2009-649 du 9 juin 2009, introduit dans le Code de l’environnement, une chaudière à gaz (mais aussi au fioul, à bois, à charbon et multicombustible) dont la puissance est comprise entre 4 et 400 kW doit être entretenue une fois par an. Pour cette opération, vous devez faire appel à un chauffagiste agréé. Il est aussi possible de passer un contrat d’entretien avec lui.

Au cours de cet entretien, le professionnel procédera à la vérification de votre chaudière à gaz, ainsi qu’à son nettoyage et à son réglage. Il effectuera aussi une évaluation des polluants atmosphériques.

À noter : des conseils post-entretien

À l’issue de l’entretien de votre chaudière à gaz, le chauffagiste est tenu de vous conseiller quant au bon usage de votre système de chauffage, aux améliorations possibles de votre installation dans son ensemble, et éventuellement, à l’intérêt que peut présenter le remplacement de l’appareil (en cas de vétusté, principalement).

Dans les 15 jours maximum suivant son intervention, le chauffagiste devra vous délivrer une attestation d’entretien. Ce document est à garder précieusement. Votre bailleur et votre assurance pourraient vous le réclamer.

Quelles sanctions si je n’entretiens pas ma chaudière à gaz annuellement ?

Pour l’heure, en l’absence d’entretien annuel d’une chaudière à gaz — comme d’ailleurs pour tout autre système de chauffage devant faire l’objet d’un entretien annuel, — et malgré le caractère obligatoire de cette opération, aucune mesure réglementaire n’est prévue. En d’autres termes, vous ne risquez pas d’amende. Cela étant, si vous êtes locataire, le bailleur est en droit de retenir le montant de l’entretien en fin de bail.

À noter : comment savoir qui est responsable de l’entretien ?

En location, plusieurs cas de figure peuvent se présenter. Si vous avez une chaudière à gaz individuelle, son entretien relève de votre responsabilité si et seulement si le bail ne prévoit pas que cette obligation est du ressort du propriétaire. En revanche, dans le cas d’une chaudière à gaz collective, l’entretien est à effectuer soit à l’initiative du syndic de copropriété, soit à l’initiative du propriétaire.

Par ailleurs, si un sinistre venait à se produire alors que votre chaudière à gaz n’a pas été entretenue comme il se doit, votre compagnie d’assurances pourrait refuser de vous indemniser.

Les bons gestes à adopter entre deux entretiens

L’entretien annuel de votre chaudière à gaz par un professionnel n’exclut pas une maintenance régulière de votre part. C’est même vivement conseillé !

Sur la base des conseils prodigués par votre chauffagiste, assurez-vous notamment :

  • De la pression de votre chaudière à gaz : normalement, elle doit toujours se situer entre 1 et 1,5 bar si vous résidez dans une maison, et entre 1,8 et 2 bars si vous vivez dans un immeuble.
  • De sa température : pour éviter la surchauffe (et l’usure, voire la panne qui pourraient en découler), mieux vaut éviter autant que possible de pousser la température au maximum.
  • De la couleur de la veilleuse (elle en dit long sur l’état général de votre appareil) : si elle est bleue, cela signifie que son fonctionnement est correct. En revanche, une couleur jaune, orange ou rouge indique que la combustion est mauvaise. Dans ce cas, mieux vaut faire appel à votre chauffagiste sans attendre.

Il est de plus vivement recommandé de placer votre chaudière à gaz en mode « hors gel » lorsque vous vous absentez en période hivernale. Lorsque ce mode est activé, votre appareil fonctionne au ralenti, à une température d’une dizaine de degrés. Il consomme peu, mais suffisamment pour mettre votre habitation et votre chaudière à gaz à l’abri du gel.

La purge des radiateurs est aussi une étape importante. Il faut en effet savoir que vos canalisations se remplissent peu à peu d’air lorsque le circuit de chauffage est en fonctionnement. Cela nuit non seulement à votre chaudière à gaz, car celle-ci est davantage sollicitée, mais aussi à votre portefeuille et à la qualité de chauffe de votre logement. L’explication est simple : comme l’air vient prendre la place de l’eau dans une partie des radiateurs, ces derniers chauffent bien moins efficacement et la chaleur n’est plus diffusée de façon homogène dans les pièces. Cette présence d’air provoque également une baisse de pression et une modification des débits ainsi que de l'équilibrage, ce qui induit une surconsommation d’énergie.

À noter : comment déceler un trop-plein d’air et à quel moment effectuer une purge ?

Le bruit désagréable (glouglous) que vous pouvez entendre dans les radiateurs et le fait que ceux-ci ne chauffent pas jusqu’en haut sont deux très bons indices. Mais mieux vaut agir à titre préventif ! Pour une maison de plain-pied, une purge annuelle est généralement suffisante. Si votre maison comporte un ou plusieurs étages ou si vous vivez dans un immeuble, 2 à 3 purges par an à intervalles réguliers sont recommandées.

Purge des radiateurs, mode d’emploi

Cette opération doit être effectuée alors que le système de chauffage est éteint et froid afin d’éviter toute brûlure. Après vous en être assuré, ouvrez la molette d’un premier radiateur au maximum, de façon à recueillir l’eau qu’il contient. L’air s’échappera dans le même temps. Une fois la purge terminée, refermez la molette et procédez de la même façon pour les autres radiateurs. Lorsque tous les radiateurs ont été purgés, ouvrez le robinet de remplissage de votre chaudière à gaz pour en rétablir la pression. Lorsque la bonne valeur est atteinte (cf plus haut), celui-ci peut être refermé. Vous pouvez bien sûr confier l’opération de purge de vos radiateurs à un professionnel.

Tous les guides énergie
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.