Rénovation énergétique : quelles aides financières ?

Mustapha Azzouz - publié le 04/10/2019 à 11:00

La rénovation énergétique du logement nécessite des travaux parfois assez couteux. Heureusement qu’il existe diverses aides financières qui vous permettront de mener à bien ces travaux de rénovation tout en économisant vos frais personnels. Voici une liste des différentes aides que vous pourrez obtenir.

L’éco-prêt à taux zéro, pour une rénovation de l’habitat à moindre cout

Comme son nom l’indique, les intérêts de l’éco-prêt à taux zéro sont nuls. Cette aide financière vous est octroyée sans condition de ressources si vous souhaitez effectuer un ensemble de travaux destinés à améliorer la performance énergétique de votre logement. Ce prêt vous est accessible, que vous soyez propriétaire, occupant ou bailleur. Il est à souscrire auprès de l’une des 20 banques partenaires.

Voici les conditions requises pour pouvoir prétendre à cette aide :

  • Le logement doit servir de résidence principale ;
  • Il s’agit d’une maison ou d’un appartement dont la construction a été achevée avant le 1er janvier 1990 ;
  • Il faut également que vous effectuiez des travaux, sauf si les réparations que vous envisagez vous permettront d’obtenir la performance énergétique globale minimale pour l’habitation. Cette performance est calculée par le bureau d’étude thermique.

Voici une liste non exhaustive des travaux qui peuvent être couverts par un éco-prêt à taux zéro :

  • Installation d’un système de chauffage à énergie renouvelable ;
  • Installation d’une chaudière qui utilise une source d’énergie renouvelable ;
  • Travaux d’isolation de la toiture et des murs extérieurs ;
  • Mise en place de nouvelles fenêtres, portes et portes-fenêtres extérieures.

Le montant du prêt que vous obtiendrez dépendra de l’ampleur des travaux que vous envisagez de faire :

  • 2 travaux : 20 000 € maximum ;
  • 3 travaux et plus : 30 000 € maximum.

S’il s’agit d’une copropriété, le montant du prêt accordé est de 10 000 € par logement, sans toutefois excéder les 30 000 €.

Pour ce qui est du remboursement, il peut s’étaler sur une durée de 3 à 15 ans, mais vous disposez de 3 ans pour finir les travaux et présenter les justificatifs.

Crédit d’impôt et rénovation énergétique

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique ou CITE est une déduction fiscale qui vous permet de financer l’acquisition des équipements et/ou la main-d’œuvre des professionnels qui effectuent les travaux de rénovation énergétique. Le CITE couvre au maximum 30 % des dépenses que vous engagez, à condition de ne pas dépasser le plafond autorisé qui est de 8 000 € pour une personne vivant seule, ou 16 000 € pour un couple. Une majoration de 400 € vous sera accordée pour chaque personne à charge supplémentaire.

Pour pouvoir bénéficier de ce crédit d’impôt, vous devez faire appel à un professionnel qualifié RGE, c’est-à-dire qui est reconnu garant de l’environnement. Par ailleurs, les matériaux utilisés doivent répondre à des critères de performance bien précis.

Le crédit d’impôt n’est récupérable qu’à partir du moment où la facture des travaux a bel et bien été payée. Un devis accepté ou un acompte ne donne pas droit au CITE.

Bon à savoir : il vous est possible de cumuler le crédit d’impôt avec l’éco-prêt à taux zéro, à condition que les revenus du foyer fiscal n’excèdent pas les 25 000 € pour une personne vivant seule, ou 35 000 € pour un couple dont l’imposition est commune.

La TVA à taux réduit, pour encourager les gestes écoresponsables

Une TVA à taux réduit permet de bénéficier d’une TVA à 5,5 % au lieu de 20 % sur les travaux de rénovation énergétique. Vous pouvez obtenir cette TVA à taux préférentiel que vous soyez propriétaire, locataire, ou encore occupant à titre gratuit de l’habitation. En revanche, il importe que le logement en question date d’au moins 2 ans.

Cette aide est particulièrement intéressante puisqu’elle présente l’avantage d’être cumulable avec les autres subventions. D’autre part, alors que pour les autres aides il est souvent nécessaire d’avancer les fonds, la TVA à taux réduit est appliquée directement sur la facture, dès lors que vous pouvez présenter un justificatif prouvant que l’habitation est achevée depuis plus de 2 ans.

Les aides financières du programme Anah

Les aides de l’Anah (Agence nationale de l’habitat) sont accordées aux personnes à faibles revenus qui souhaitent effectuer des travaux de rénovation énergétique au sein de leur habitation. Pour pouvoir en bénéficier, votre revenu ne doit pas être supérieur à un certain plafond, qui varie en fonction du nombre de personnes qui composent votre foyer, de la région où vous vous trouvez, et si vos ressources sont modestes ou très modestes. À titre d’exemple, un couple vivant en région Île-de-France et dont les ressources sont très modestes doit justifier d’un revenu annuel de 29 050 € pour pouvoir obtenir une aide de l’Anah, contre 20 913 € par an pour un couple dans les mêmes conditions, mais qui habite en province.

Les aides de l’Anah permettent de financer entre 35 et 50 % des dépenses engagées pour les travaux de rénovation. Par ailleurs, vous pouvez également bénéficier d’une prime Investissements d’avenir de l’ordre de 2 000 € pour les ménages à revenus très modestes, et 1 600 € pour ceux à revenus modestes.

Bon à savoir : il arrive aussi que le conseil régional ou encore l’intercommunalité apportent une aide supplémentaire à celle de l’Anah. Le montant de cette prime complémentaire ne peut pas excéder 500 €.

Les travaux de rénovation énergétique représentent souvent un budget important. Mais en faisant les bonnes démarches, vous pouvez réduire considérablement la facture. Que vous soyez propriétaire ou locataire, il convient donc de se poser les bonnes questions si votre logement vous semble un peu trop gourmand en énergie.

Tous les guides énergie
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.