Accoucher dans une maison de naissance

La rédaction - publié le 17/09/2019 à 14:30

Vous aspirez à un accouchement naturel, le moins médicalisé possible ? Alors vous serez intéressée par les maisons de naissance, ces infrastructures mises en place pour permettre aux femmes d'accoucher dans un cadre plus cocooning, loin de l'univers des blouses blanches de l'hôpital.

Maison de naissance : qu'est-ce que c'est ?

Une maison de naissance est une infrastructure dirigée par des sages-femmes libérales où les femmes enceintes peuvent faire le suivi de leur grossesse et accoucher. En France, elles sont encore rares et doivent se trouver au sein d’une maternité partenaire ou à proximité. L’idée est de permettre à la patiente d’être transférée rapidement dans une maternité en cas de complication.La maison de naissance se divise en deux parties distinctes. Il y a l’espace intimiste, très peu médicalisé où aura lieu le travail. Ce côté « maison » est équipé d’un lit deux places, d’une baignoire, d’un ballon, d’un canapé et d’une télévision et même d’un coin-cuisine où les couples peuvent se retrouver et même préparer à manger en attendant l’arrivée de bébé. Il y a ensuite le plateau technique classique où l’accouchement proprement dit aura lieu.

Qui peut accoucher dans une maison de naissance ?

En raison du personnel limité, généralement il n’y a que la sage-femme qui s’occupe de l’accouchement, la sélection des patientes admises en maison de naissance est drastique. Dès que la professionnelle prévoit une complication, elle n’accepte pas de prendre en charge la maman. Pour pouvoir être admise au sein de cette infrastructure, il est indispensable de remplir certaines conditions, c’est-à-dire :

  • être en bonne santé
  • présenter une grossesse physiologique, autrement dit qui ne présente aucune anomalie
  • avoir un enfant qui se présente par la tête et non par le siège
  • avoir une grossesse à terme, c’est-à-dire une naissance qui a lieu entre la 37e semaine et la 42e semaine.

Quelle différence avec une maternité classique ?

La principale différence avec l’accouchement en maternité classique réside dans le fait que tout se déroule le plus naturellement du monde. Ainsi, il n’y a pas d’anesthésique durant le travail. Toutefois, si tout au long du travail, la douleur vous est insupportable et que vous exprimez votre envie d’avoir une péridurale, vous serez transférée à la maternité attenante.Un accompagnement spécifique vous est accordé pour vous aider à mieux supporter la douleur. La sage-femme peut vous indiquer des positions qui pourront vous soulager. Si vous le souhaitez, vous pouvez vous rendre dans la baignoire où l’eau chaude contribuera à atténuer les douleurs ressenties durant les contractions.Dans ce type d’infrastructure, le papa est fortement mis à contribution. Comme la sage-femme est seule, elle a besoin du conjoint pour rassurer la patiente et la tenir compagnie pendant qu’elle-même veille au bon déroulement de l’accouchement. Vous avez ainsi la possibilité de vivre à deux ce moment important dans votre vie de couple.Contrairement aux maternités publiques classiques où le personnel est en rotation et que vous n’avez aucune certitude sur la personne qui vous prendra en charge, en maison de naissance, vous avez toujours affaire au même interlocuteur. C’est la sage-femme qui vous a suivie tout au long de votre grossesse qui mettra au monde votre enfant.

Et en cas de complication ?

Même si le côté naturel et peu médicalisé est prôné en maison de naissance, votre sécurité n’est pas prise à la légère. Dès que la sage-femme constate que le rythme fœtal est affaibli, que vous perdez beaucoup trop de sang ou que si votre tension artérielle chute ou augmente, elle organise tout de suite votre transfert à la maternité qui se trouve à proximité.

Tous les guides mutuelle
Réduisez vos factures grâce à nos conseils services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.