La mutuelle : comment la choisir ?

Alexis Guiot - publié le 09/12/2019 à 18:00

Face à l’augmentation des frais de santé et une diminution des prestations de l'assurance maladie, la souscription à une complémentaire santé est devenue une obligation. Permettant de couvrir le montant restant à charge, ce contrat est essentiel pour garantir un bon accès aux soins. Du fait de la multitude de contrats proposés sur le marché, les garanties et les tarifs sont très variables. Afin de choisir la meilleure couverture possible et au meilleur prix, il est essentiel d’identifier vos besoins et de faire jouer la concurrence. 
 

A quoi sert une une mutuelle ?

Au fur et à mesure que les années passent et que le fameux "trou de la sécu" continue de se creuser, les prestations de l'assurance maladie ne cessent de diminuer en parallèle. Ce désengagement s'accompagne d'une augmentation du tarif des consultations et autres actes médicaux, d'un déremboursement massif de nombreux médicaments, etc. 

Le ticket modérateur, c'est-à-dire la somme qu'il vous reste à débourser après la déduction des remboursements, n'en finit pas de grandir et peut parfois mettre à mal un budget déjà serré, au point de faire réfléchir non pas sur la nécessité de consulter un médecin mais plutôt sur la possibilité financière de le faire.

Pour prendre en charge ces frais non-remboursés, les complémentaires santé et autres mutuelles se disputent les patients. Ainsi, vous pouvez cotiser chaque mois pour adhérer à un organisme qui prendra en charge totalement ou partiellement ce ticket modérateur. Cette adhésion peut être individuelle ou collective, sous la forme d'une mutuelle d'entreprise (obligatoire depuis 2016).

Ce service est fourni par trois types d'organismes : des sociétés d'assurances donc des entités commerciales, des instituts de prévoyance et des mutuelles souvent professionnelles ou interprofessionnelles régies par le code de la mutualité et donc à but non lucratif.

Comment bien choisir sa mutuelle ?

Lorsque l'on cherche un service supplémentaire, en santé ou dans n'importe quel autre domaine, on a tendance à être attiré vers les offres tarifaires les plus avantageuses. Mais attention, avant de se précipiter mieux vaut faire le point sur ses besoins. A chacun ses critères et pour déterminer ce qui est essentiel, on commence par s'attarder sur ses besoins.

En effet, une évaluation précise de ses besoins est nécessaire pour trouver le bon contrat. En fonction de son âge, de son état de santé, nous n'avons pas les mêmes souhaits et besoins : porteur de lunette ou non, peau fragile nécessitant des visites régulières chez le dermatologue, chaussé de semelles orthopédiques… 

Chacun a ses propres soucis médicaux qui nécessitent une prise en charge particulière chez différents spécialistes mais aussi pour des frais d'équipements optiques, podologiques, etc. Ce sont les bases à déterminer pour pouvoir choisir les garanties devant figurer impérativement dans votre contrat. C'est ensuite que l'on cherche le meilleur rapport qualité/prix.
 

Comparer les garanties et les prix : les critères à vérifier

Si le prix de sa mutuelle a une importance non négligeable, il est essentiel de ne pas s’arrêter à ce seul critère. En effet, afin d’éviter les mauvaises surprises, il convient de bien sélectionner les garanties couvertes par votre contrat (optiques et soins dentaires notamment) de façon à répondre à vos besoins médicaux. Avant de choisir votre contrat, pensez donc à prendre en compte les différents critères qui composent votre mutuelle santé :

  • Le taux de remboursement : que ce soit pour les consultations, les médicaments ou encore l'hospitalisation, le taux de remboursement doit pouvoir compléter au mieux le ticket modérateur et s'exprime souvent en pourcentage de prise en charge.
  • Les pathologies prises en charge et celles exclues : mal de dos et dépression, deux des affections les plus répandues en France, sont fréquemment évincées des remboursements.
  • La prise en charge ou non des frais : la participation forfaitaire de 1 euro, le forfait hospitalier, le forfait de 24 € sur les actes de plus de 120 € et la franchise médicale en pharmacie.
  • Les limites de la prise en charge : certaines mutuelles ou complémentaires santé imposent des plafonds sur le nombre de consultations, de jours maximum d'hospitalisation ou de forfait médicament, au-delà desquels la prise en charge ne sera plus effective.
  • Les services supplémentaires : une aide ménagère en cas d'hospitalisation ou d'immobilisation, une garde-d'enfants, un soutien scolaire en milieu hospitalier, etc.
  • Les délais de carence : dans de nombreux cas, certaines pathologies, actes ou matériels médicaux ne sont pas pris en charge avant une certain délai de cotisation.
  • Le délai de remboursement ou les avantages de paiement : avance des frais, tiers payant...

Les comparateurs sur internet

Désormais pour se voir proposer la meilleure offre, les comparateurs d'assurance fleurissent sur la toile. Pour comparer ce qui est comparable et ainsi avoir un résultat des plus fiables, mieux vaut prendre le temps de faire faire des devis. Avec les comparateurs en ligne, après avoir rempli vos coordonnées, vous recevez les offres de plusieurs organismes directement dans votre boîte mail et vous pouvez ainsi comparer les contrats et les garanties à tête reposée.

Avec ces devis, vous allez également pouvoir démarcher votre assureur actuel afin de renégocier votre contrat. Devant la possibilité de perdre un adhérent au profit de la concurrence, ils sont enclins à faire des offres commerciales intéressantes.

Questionnaire de santé : pas toujours obligatoire

Devant la grande concurrence qui fait rage sur ce marché, les questionnaires de santé tendent à disparaître. Sachez que ces questionnaires peuvent considérablement alourdir le devis. En fonction de votre état de santé, l'assureur ou la mutuelle peuvent ajuster les tarifs pour les remboursements ou, dans certains cas, exclure des critères de prise en charge et voire même refuser votre adhésion. A l'inverse, si vous êtes en forme et que votre état de santé est excellent, cela peut jouer en votre faveur d'en remplir un.
 

Petits budgets : comment souscrire une mutuelle?

Pour certains foyers la souscription à une mutuelle est un véritable luxe. De ce fait, la Caisse d'assurance maladie permet aux bénéficiaires de la Couverture Maladie Universelle ou justifiant de faibles ressources, d'en souscrire une grâce à une aide financière supplémentaire. Ces aides permettent à ses foyers disposant de peu de ressources de pouvoir régler tout ou une partie des cotisations : une initiative pour que la santé ne soit pas une question de pouvoir d'achat.

Pour les autres, terminé de calculer si oui ou non, vous pourrez assumer financièrement la consultation chez votre généraliste ou une hospitalisation impromptue sans devoir en payer le prix pendant plusieurs mois. A partir de 10 €/mois pour une mutuelle low-cost (si les garanties sont satisfaisantes pour votre cas) la cotisation moyenne tourne autour de 25 €/mois pour une personne seule et 150€/mois pour un jeune couple avec enfants. En souscrivant à une mutuelle ou une complémentaire, même low-cost, vous serez donc parfaitement protégé.
 

Trouver le bon rapport qualité / prix

Afin de choisir l’offre la plus adaptée à vos besoins et votre budget, il est essentiel de comparer les différents contrats proposés sur le marché. Pour cela, il est nécessaire de bien évaluer vos besoins mais également ceux de vos proches. En fonction des garanties couvertes, des taux de remboursement et des différentes prises en charges, vous pourrez comparer les offres et souscrire à l’offre la plus intéressante. Pour trouver la meilleure mutuelle santé du marché, n’hésitez donc pas à utiliser un comparateur sur internet ou bien faites appel à un courtier spécialisé dans le domaine.
 

Tous les guides mutuelle
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.