Frais médicaux : quels remboursements à l’étranger ?

Mustapha Azzouz - publié le 04/10/2019 à 14:30

Qui sera en charge de votre couverture santé lors de vos déplacements à l’étranger, et quelle procédure suivre pour obtenir un remboursement de vos frais médicaux ? Explications.

Soins à l'étranger : pays de l'UE/EEE

La présentation d’une carte européenne d’assurance-maladie (CEAM) suffit pour que vous bénéficiez d’une prise en charge sur place dans un pays de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen. La CEAM est gratuite et reconnue dans 31 pays. Son utilisation est valable pendant deux années successives. Elle vous permet de consulter un médecin à l’étranger, parfois sans avoir à avancer des frais. Pour l’obtenir, faites une demande auprès de votre caisse assurance maladie au plus tard 15 jours avant votre départ.La CEAM est émise de façon individuelle et nominative. Si vous partez en groupe, n’oubliez pas de prendre une carte pour chacun des voyageurs qui vous accompagnent, y compris vos enfants âgés de moins de 16 ans.Si vous avez dû employer la CEAM car vous étiez malade à l’étranger, sachez que le remboursement de vos frais médicaux est soumis à la législation sociale de votre pays de destination et non de la France. Tâchez de conserver précieusement les factures et autres justificatifs de paiement. De retour en France, remettez ces pièces avec le formulaire S3125 (Soins reçus à l’étranger) pour percevoir le remboursement de la Sécurité Sociale.

Soins à l'étranger : les autres pays

Hors de l’UE/EEE, votre consultation médicale à l’étranger ne reçoit un remboursement de l’Assurance maladie que si elle est jugée « urgente ». Vous ne bénéficiez d’aucune avance pour compenser vos dépenses de soins. Sur place, vous devez tout régler par vous-même. Vous ne recevez un remboursement qu’au moment de votre retour en France.En revanche, si vous êtes malade à l’occasion d’un séjour dans votre pays d’origine, vous pouvez compter sur une prise en charge sur place si ce pays a passé une convention bilatérale avec la France. Avant de partir, renseignez-vous auprès de la caisse d’Assurance Maladie sur votre pays de destination. Néanmoins, rappelez-vous que vous ne profiterez pas des mêmes garanties que celles offertes en France. Le tarif forfaitaire n’est pas appliqué sur la base de vos dépenses réelles, mais sur celui indiqué dans la convention.

Cas particuliers

  • Vous avez oublié d’emporter votre CEAM et vous avez besoin de recevoir des soins médicaux à l’étranger ? Surtout, ne paniquez pas. Même sans cette carte, vous pouvez obtenir un remboursement de l’Assurance maladie. Par contre, attendez-vous à régler toutes vos notes de dépenses, notamment celles qui relèvent d’un séjour à l’hôpital à l’étranger. Conservez précieusement tous les justificatifs, prescriptions et autres factures, ces papiers vous seront très utiles pour demander le remboursement.
  • Pour les personnes âgées qui souhaitent passer leur retraite dans un pays de l’Europe, la détention d’un CEAM n’est pas nécessaire. Pour continuer à recevoir une prise en charge semblable à celle dispensée en France, elles doivent envoyer le formulaire E121 à leur caisse de retraite. Le remboursement des frais médicaux n’est accepté que si le demandeur est adhérant au CFE ou a souscrit préalablement au système d’Assurance Maladie dans le pays de destination.

• Dans certains pays comme les États-Unis, le Japon ou le Canada, le coût des frais médicaux est trois fois plus cher qu’en France. Malgré cette différence, les dépenses que vous effectuez dans ces destinations ne seront remboursées qu’à la limite des tarifs français. Pour éviter les mauvaises surprises, pensez à souscrire à un complément de santé international ou à une assurance voyage.

Tous les guides mutuelle
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.