Le cancer du côlon : qu’est-ce que c’est ?

La rédaction - publié le 04/10/2019 à 14:30

Le cancer du côlon est une tumeur maligne située dans la paroi du gros intestin. C’est l’un des cancers les plus répandus dans les pays industrialisés, principalement en raison de régimes déséquilibrés. Prenez connaissance des facteurs de risque et des symptômes pour vous faire dépister au plus tôt.

Les facteurs de risque

Le cancer colorectal concerne les deux sexes de 50 à 74 ans, mais ce sont les femmes qui présentent le plus de risque. Les facteurs de risque sont à la fois internes et environnementales.

  • Une prédisposition génétique. La mutation de certains gènes et le syndrome de Lynch doivent alerter. Toutefois, moins de 5% des cancers du côlon sont dus à des facteurs héréditaires.
  • Les antécédents familiaux. Si un membre de la famille proche a eu un cancer colorectal, il est recommandé de procéder à des dépistages réguliers.
  • Les antécédents personnels. Avoir déjà eu un cancer augmente les risques d’en contracter un second.
  • Des syndromes inflammatoires chroniques digestifs. La maladie de Crohn ou une rectocolite hémorragique augmentent les risques de développer un cancer du côlon.
  • Un régime déséquilibré. L’alimentation est déterminante dans l’apparition d’un cancer colorectal.

Les symptômes

Les symptômes du cancer colorectal ne sont pas toujours perceptibles ou ils sont souvent confondus avec les signes d’autres maladies digestives. Il faut s’alerter en cas de présence de sang dans les selles, de douleurs à l’estomac, de gonflement de l’abdomen, ou d’une défécation douloureuse. Une mauvaise digestion, une constipation chronique ou une diarrhée aiguë sont également des signes avant-coureurs.

Le dépistage

Le dépistage peut se faire par un simple examen clinique. Le médecin procède à une palpation abdominale, un toucher rectal et recherche du sang dans les selles. Le praticien peut aussi effectuer une coloscopie. Cet examen consiste à introduire un tube endoscopique par voie rectale, le plus souvent sous anesthésie générale. Le tube étant muni d’une caméra vidéo. Il explore visuellement l’ensemble du côlon, détectant l’éventuelle présence d’une tumeur. La visualisation s’accompagne d’un prélèvement et d’une analyse qui permet d’affirmer la nature de la lésion observée lors de la coloscopie. Pour éliminer le risque de contamination des organes périphériques, un bilan d’extension est recommandé au patient dont le cancer a été diagnostiqué.

Le traitement

Le cancer du côlon est généralement traité par une chirurgie. L’opération vise à retirer le segment du côlon infecté par la tumeur et à suturer les deux extrémités restantes. Les deux techniques utilisées sont la laparotomie et la cœlioscopie. La chirurgie s’accompagne d’un traitement de chimiothérapie qui élimine les cellules cancéreuses.

Tous les guides mutuelle
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.