Maternité : publique ou privée ?

La rédaction - publié le 17/09/2019 à 14:30

Vous avez appris avec joie que vous attendez un enfant. Une fois passée l’euphorie des premiers instants, il faudra songer à l’organisation de l’accouchement. Un dilemme se pose souvent, où accoucher ? Dans une maternité publique ou au sein d’une clinique privée ?

Maternité publique, la sécurité comme principal atout

Les maternités publiques sont souvent intégrées dans un hôpital ou un CHU. De ce fait, le personnel tant médical que paramédical est nombreux et qualifié. Un anesthésiste et un obstétricien y sont présents 24 h/24. Ce qui n’est pas forcément le cas au sein d’une clinique privée où le système de garde n’est pas toujours mis en place. Néanmoins, en cas d’urgence, l’anesthésiste peut arriver très vite sur les lieux. Dans les centres hospitaliers universitaires, les étudiants en médecine et les futures sages-femmes épaulent le personnel soignant, vous avez ainsi l’assurance de toujours trouver des professionnels qui vous prendront en charge à votre arrivée à la maternité.Les maternités publiques sont classées en trois catégories : 1, 2 et 3 mais, quelle que soit sa classe, chaque établissement dispose d’un plateau technique performant et d’un bloc opératoire. Dans les maternités de niveau 2, un service de néonatologie est mis en place afin d’accueillir les bébés de plus de 32 semaines. Si votre grossesse est à risque, la maternité de niveau 3 vous prendra en charge sans problème, puisqu’elle dispose d’un service de réanimation capable d’accueillir les bébés à moins de 32 semaines. La majorité des maternités privées est de niveau 1, c’est-à-dire uniquement adaptée à une grossesse normale.

Maternité privée : votre confort prime

Quand vient le moment de choisir sa maternité, il est important de penser à son confort. En effet, même si vous n’y séjournez que peu de temps, vous serez fatiguée et aspirerez sûrement à un cadre agréable pour savourer votre bonheur d’avoir donné la vie. Les maternités publiques sont souvent de grosses structures qui accueillent beaucoup de patientes. Ainsi, il est assez difficile de trouver une chambre individuelle, ce qui n’est pas forcément l’idéal si vous attendez à plus d’intimité.Au sein d’une maternité privée, tout est mis en place pour assurer votre confort. Votre chambre peut être équipée d’une télévision ainsi que d’un téléphone. Selon vos moyens et vos besoins, vous pouvez opter pour une chambre mixte, une chambre individuelle ou même une grande suite. La plupart du temps, les repas sont savoureux, ce qui n’est pas à négliger. Pour ce qui est des visites, les horaires sont souples, ce qui permet aux papas de passer plus de temps aux côtés de la maman et du bébé.

Maternité publique et privée : un accompagnement différent

Quand vous choisissez votre maternité, prenez également en compte la qualité de l’accueil qui vous sera réservé. Au sein d’une structure publique, le personnel effectue des rotations. Il est donc fort possible que ce ne soit pas l’obstétricien ou la sage-femme qui a suivi votre grossesse qui sera à vos côtés le moment venu. Si vous optez pour une clinique privée, c’est souvent le même obstétricien qui a effectué les consultations prénatales qui se chargera de votre accouchement. Ce qui pourrait être plus rassurant pour certains, surtout s’il s’agit du premier enfant.

Choisir une maternité : pensez au coût

La principale différence entre une maternité publique et privée réside dans le coût des prestations. Au sein d’une maternité publique, la totalité de vos soins vous sera remboursée par la Sécurité sociale. Si vous accouchez au sein d’une structure privée conventionnée, la sécurité sociale vous rembourse vos frais de séjour, par contre, les dépassements d’honoraires pratiqués par les médecins resteront à votre charge. S’il s’agit d’une maternité agréée, vous serez amené à avancer de votre poche les frais de votre accouchement. Cette somme ne vous sera pas remboursée dans son intégralité, mais à une hauteur de 80 %. Il convient également de noter que les services dits de confort comme la connexion à internet, la télévision et le téléphone ne sont pas remboursés par la Sécurité sociale.

Tous les guides mutuelle
Réduisez vos factures grâce à nos conseils services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.