Suivi de grossesse : quelle est la place pour le père ?

La rédaction - publié le 13/09/2019 à 14:30

La grossesse, c’est faire un bébé à deux. Oui, mais... Pas que ! Même si décider de concevoir un enfant est un projet commun, tout ne va pas de soi sur le suivi de la grossesse. Que le papa soit trop détaché ou au contraire hyper-investi, pour le couple la grossesse n’est pas toujours un long fleuve tranquille. Quelle que soit la place que prend le père (ou que la maman veut bien lui attribuer), cela reste une relation intime avec votre corps. Alors comment trouver la juste mesure ?

Abordez la question de la grossesse dès le départ

Une fois la surprise et l’euphorie du résultat du test de grossesse, c’est le moment d’échanger, pour appréhender ensemble votre vision de la grossesse, et d’aborder les questions cruciales.Chacun agissant en fonction de sa pudeur et de sa propre sensibilité, vous pourrez parfois être surpris des réactions de l’autre (papa comme maman).Pas assez de présence et la maman se sent un peu trop seule, trop de présence et elle se sent étouffée !Echographie, examens, rendez-vous... A vous et votre moitié de déterminer les besoins, les envies et les limites de chacun.PUBLICITÉLa bonne idée pour mettre vos outils à l’abri !Grâce aux astuces de rangements de cet abri, ranger son jardin devient un jeu d’enfant !Inspired by

Papa hyper-investi ou trop éloigné : comment réagir ?

Pendant la grossesse, les réactions sont parfois exacerbées... Et le papa, lui, fait comme il peut aussi ! Comment placer le curseur au bon endroit ?Avec un papa hyper-investi : capable d’acheter tous les livres sur la grossesse, il vous pose mille questions, vous accompagne à tous les rendez-vous, allant même jusqu’à parfois répondre aux questions du médecin à votre place....

  • La bonne attitude : c’est peut-être un papa un peu anxieux, qui ne veut rien rater de ces neuf mois, qui veut « assurer ». A vous de l’apaiser en douceur et de le rassurer. Même s’il peut vous agacer, ne lui faites pas ressentir. Remerciez-le de si bien vous entourer, mais expliquez-lui qu’il peut s’épargner certains examens gynécologiques, par exemple. Enfin, organisez-vous des sorties en dehors du contexte de la grossesse, pour « défocaliser » son attention de votre ventre rond. La douceur est le maître-mot pour ne pas qu’il se sente exclu !

Avec un papa trop détaché : s’il semble sur une autre planète pendant votre grossesse, ce papa-là ne s’en désintéresse pas systématiquement. Il vit simplement l’événement différemment. Pour lui, il n’y a pas de sensations physiques, pas de rapport avec le corps. C’est peut-être aussi une manière de se tenir à distance ce qui peut l’angoisser. A vous d’enquêter.

  • La bonne attitude : vous pouvez lui épargner les rendez-vous chez le gynécologue, mais peut-être faut-il lui expliquer qu’il y a certaines étapes indispensables pour prendre pleinement conscience de sa paternité. La rencontre de la première échographie agit comme un révélateur : c’est le premier pas vers la paternité ! Ensuite, si vous arrivez à gérer les prises de sang et tous les examens nécessaires, n’hésitez pas à le solliciter et à l’impliquer dans le suivi de grossesse. Pour cela, les livres qui abordent la grossesse mois par mois peuvent vous aider. Enfin, vous pouvez aussi lui proposer des séances d’haptonomie ou de préparation à l’accouchement, au moins pour une ou deux séances, afin qu’il trouve une place dans ce beau parcours initiatique !

Et le jour de l'accouchement ?

Contractions rapprochées, perte des eaux... Le jour J est enfin arrivé !Y assister / ne pas y assister : le débat existe encore, même si aujourd’hui, rares sont les papas qui n’assistent pas à la mise au monde de leur bébé.Les heures qui s’annoncent vont vous transporter dans une monde à part : celui de l’attente, parfois de l’urgence, et évidemment d’un sacré « shoot » d’adrénaline et d’émotions.Quoi qu’ils en disent, les papas toujours démunis face à cet événement, qui physiquement, leur échappe. Ils ne sont pas maîtres du jeu, vous voient souffrir et ne savent pas comment vous aider. Ce qui peut parfois aussi expliquer que certains papas ne veulent pas assister à l’accouchement.Comment aider le papa à « accoucher » ? En le préparant ! D’où l’importance des cours de préparation à l’accouchement. Oui je vais souffrir / non la péridurale ne fait pas mal / tu coupes le cordon seulement si tu le sens / etc. Souvent aussi, l’équipe médicale propose au papa de « venir voir » la tête du bébé. Le papa peut refuser, mais vous aussi : tout dépend du rapport que vous entretenez avec l’image du corps et de l’intimité.Notre conseil sur le choix de la maternité : même si la décision peut être prise en commun, c’est quand même vous qui allez confiez votre accouchement à une équipe médicale, et qui allez vivre les premiers jours à la clinique ou à l’hôpital en compagnie de votre nouveau-né. Le papa a sont mot à dire, mais c’est aussi à vous de trancher ! N’hésitez pas à enquêter auprès d’autres mamans ou sur les forums.Vous l’aurez compris, quoi qu’il en soit, bien vivre la grossesse à deux, c’est avant tout une question de dialogue. Même si la tentation est grande d’occuper toute la place, n’oubliez pas que le papa « couve » lui aussi l’arrivée de son futur enfant. C’est l’un des plus beaux projets de votre vie, et donc un travail d’équipe !Et pour vous accompagner mois par mois, consultez nos fiches sur la grossesse :Votre 1er mois de grossesseVotre 2ème mois de grossesseVotre 3ème mois de grossesseVotre 4ème mois de grossesseVotre 5ème mois de grossesseVotre 6ème mois de grossesseVotre 7ème mois de grossesseVotre 8ème mois de grossesseVotre 9ème mois de grossesse

Tous les guides mutuelle
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.