Confinement : les syndromes dépressifs « en augmentation » selon le ministre de la Santé

Nicolas Boutin - publié le 20/11/2020 à 14:30

Dans son point sur l’évolution de l’évolution sanitaire, jeudi 19 novembre, Olivier Véran a relevé une « forte dégradation » de la santé mentale des Français, « entre fin septembre et début novembre ». 

Dépression
Les étudiants sont principalement concernés par des signes de détresse psychologique.

Des inquiétudes liées à la situation sanitaire et économique

Vers une épidémie de dépression ? La crainte de la contamination, le revers de la distanciation physique, le rapport à la mort ou la crainte de perdre son emploi, entraînent une forte inquiétude parmi les Français qui peut vite se transformer en détresse psychologique. 

Le ministre de la Santé a indiqué lors de son point presse hebdomadaire, jeudi 19 ministre, que la santé mentale des Français « s’est fortement dégradée entre fin septembre et début novembre ». Olivier Véran pointe « une augmentation conséquente des syndromes dépressifs observée pour tous les profils sociodémographiques ». 

Tous les profils concernés

En première ligne de cette détresse, les étudiants, inquiets pour leur avenir. « Près d’un étudiant sur trois a présenté des signes de détresse psychologique », souligne le ministre. Les restaurateurs, commerçants, gérants de salles de sports ou d’établissements de nuit sont également concernés, notamment par rapport aux conséquences économiques du nouveau confinement et des restrictions dans le cadre de la crise sanitaire. 

Une cellule psychologique et un numéro vert (0800 130 0000) ont été mis en place. Des associations reçoivent « près de 20.000 appels quotidiens ». Olivier Véran a exprimé sa compassion envers les victimes de ces détresses psychologiques. « S’il y a bien quelque chose qui n’est pas obligatoire dans cette période, c’est d’être malheureux ».

À lire aussi Déprime, insomnies, anxiété... la lavande fait des miracles !

Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.