Coronavirus : les tests salivaires seront bientôt disponibles

Quitterie Desjobert - publié le 16/09/2020 à 09:14

Entendu par la commission d’enquête Covid-19 du Sénat, le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy a annoncé que les tests salivaires seraient disponibles au début du mois d’octobre. 
 

Test, salivaire, voie, nasale, RT-PCR, covid-19, vaccin, conseil scientifique, Jean-François Delfraissy
Les tests salivaires ont une fiabilité de l'ordre de 80%.

Une mise en place des nouveaux tests d’ici « début octobre »

Lors d’une commission d’enquête tenue au Sénat, mardi 15 septembre 2020, le professeur Jean-François Delfraissy, président du conseil scientifique, a été auditionné au sujet de la stratégie nationale de dépistage. Au coeur de cette stratégie, la mise en place de tests salivaires, moins désagréables et plus rapides que les tests virologiques RT-PCR. François Delfraissy a ainsi annoncé que les nouveaux dispositifs de tests seraient mis en place « très probablement d’ici fin septembre ou début octobre ». 

Il a ajouté que ces tests salivaires avaient une fiabilité « de l’ordre de 80%, ce qui suffit ». Ainsi, les tests salivaires seraient des tests « de terrain », utilisables dans les aéroports par exemple. Une personne dont le test salivaire serait positif aurait un statut de personne « suspectée d’être malade » et devrait réaliser « un test plus sûr de confirmation », c’est-à-dire un test RT-PCR par voie nasale. 

Les tests ont d’abord dû attendre leur homologation par la DGS

La Direction générale de la Santé (DGS) avait à la fin du mois d’août 2020 tenu à rappeler que les tests salivaires devaient attendre la conclusion de plusieurs études sur leur efficacité avant de recevoir une homologation et pouvoir être mis en circulation. À l’époque, la DGS avait précisé à l’AFP « Il faut premièrement s’assurer que la salive est bien un liquide fiable pour mesurer la présence du virus ». C’est à présent chose faite, le test est fiable à 80%. 

La commission d’enquête Covid-19 du Sénat, a ensuite abordé le vaccin et sa potentielle date de diffusion. Le professeur Delfraissy a tenu à être clair à ce sujet : « ce que j’ai voulu indiquer, c’est qu’on n’aurait pas forcément dans ce délai du 1er trimestre 2021, le vaccin idéal que nous attendons tous, qui permettrait d’éviter la transmission à la fois chez les anciens, à la fois chez les plus jeunes et avec une efficacité de 99%, je ne pense pas qu’on arrive à ça, j’en suis même certain. On aura probablement quelque chose d’incomplet qu’on prendra, et on verra comment on l’utilise. » Ainsi, pour un vaccin totalement abouti, il faudra attendre un peu plus longtemps. 

À lire aussi : Covid-19 : un vaccin à moins de 10 euros bientôt sur le marché

Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.