« No Bra » : quand les Françaises enlèvent leur soutien-gorge

Nicolas Boutin - publié le 14/08/2020 à 08:00

Une étude menée par l’Ifop pour Xcams montre une nouvelle tendance qui prend de l’ampleur chez les jeunes femmes : laisser tomber le soutien-gorge. De plus en plus d’adeptes notamment depuis le confinement.

Soutien-gorge
Une jeune femme sur six de moins de 25 ans ne porte jamais de soutien-gorge.

Une mode depuis le confinement

Elles n’étaient que 4% à ne jamais porter de soutien-gorge avant le confinement. À la sortie de ces deux mois, ce sont désormais 18% des moins de 25 ans qui ont adopté la mode du « No Bra ». À savoir, l’abandon du soutien-gorge pour mettre fin aux seins entravés et aux poitrines remontées.

Une tendance qui s’est accentuée durant le confinement, où elles étaient 20% parmi les jeunes. Mais pas seulement. Selon l’enquête menée par l’Ifop pour Xcams, les femmes de tous âges sont 7% aujourd’hui à ne plus porter de soutif, alors qu’elles n’étaient que 3% avant le confinement.

Des préjugés persistants

Les raisons invoquées sont avant tout celles du confort. Mais chez les plus jeunes, 32% d’entres elles sont motivées pour « le souhait de lutter contre la sexualisation des seins féminins qui impose de les cacher au regard d’autrui ». Toute catégorie d’âge confondue, elles ne sont que 15% à choisir cette raison.

Si ce concept prend de l’ampleur, les idées reçues sont toujours d’actualité. Dans l’étude, 20% des personnes interrogées estiment que « le fait qu’une femme laisse apparaître ses tétons sous un haut devrait être, pour son agresseur, une circonstance atténuante en cas d’agression sexuelle ». Ils sont également 48% à penser qu’une femme ne portant pas de soutien-gorge prend le risque d’être harcelée ou agressée.

À lire aussi 4 astuces pour rajeunir son décolleté

Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.