Intolérance au gluten : le vrai et le faux

Florian Billaud - publié le 04/10/2019 à 14:30

Alors que les produits sans gluten fleurissent dans nos rayons de supermarchés, on assiste à une forte augmentation du nombre de personnes faisant le choix d’adopter un « régime sans gluten ». Les motifs d’exclusion du gluten chez ces personnes sont diverses, parfois liés à une prescription médicale, mais le plus souvent de leur propre chef, pour tenter d’améliorer leur état général.

Aussi appelée maladie cœliaque, l'intolérance au gluten contraint les personnes qui en sont atteintes à un régime alimentaire très strict. Quels sont les premiers symptômes ? Dans quels aliments trouve-t-on du gluten ? Comment bien vivre avec cette maladie 

Le gluten est partout !

Le gluten est une protéine que l’on trouve dans un grand nombre de céréales : le seigle, l’avoine, le blé, l’orge, le triticale (un hybride du seigle et du blé), le kamut, ou encore l’épeautre. Le gluten se forme pendant le pétrissage, donnant de l’élasticité à la pâte et permettant à celle-ci de lever pendant la cuisson.Ces propriétés rendent l’utilisation de farines contenant du gluten presque systématique, dans le pain et dans les pâtisseries bien-sûr, mais également dans un très grand nombre de produits transformés comme les sauces, les pâtes, les saucisses, ou encore certains assaisonnements. Suivre un régime sans gluten présente donc une certaine complexité et la vigilance des personnes intolérantes au gluten est de mise : il faut systématiquement déchiffrer les étiquettes des produits pour déceler une éventuelle présence de gluten.

L'intolérance au gluten ou maladie coeliaque

On désigne très souvent à tort toute personne suivant un régime sans gluten comme intolérante au gluten. En réalité, l’intolérance au gluten, médicalement reconnue, correspond à la maladie coeliaque. Il s’agit d’une pathologie permanente, digestive, provoquant une destruction des villosités de l’intestin grêle à l’origine d’une malabsorption des nutriments.

La maladie coeliaque concerne environ 1 % de la population, mais une grande majorité des cas ne seraient pas diagnostiqués. Les symptômes peuvent être diarrhées, amaigrissement (ou retard de croissance chez l’enfant), anémie... mais la maladie coeliaque est parfois à l’origine de symptômes atypiques comme des crampes musculaires, des douleurs articulaires, des règles irrégulières ou des fausses couches répétées.

En présence de ces symptômes, il convient de consulter et la maladie coeliaque doit être évoquée. Le diagnostic pourra être établi à l’aide d’une prise de sang pour rechercher les anticorps spécifiques de la maladie. Une biopsie de l’intestin grêle peut également s’avérer nécessaire. Le diagnostic est alors confirmé par la rémission des symptômes suite au passage au régime sans gluten.

Ne pas confondre avec l'hyper-sensibilité au gluten !

Dans la pratique, il existe un grand nombre de personnes, qui ne sont pas diagnostiquées intolérantes au gluten (donc non atteintes de la maladie coeliaque) et qui, en présence de symptômes diverses, comme des diarrhées, constipations, ballonnements, fatigues chroniques...décident de suivre un régime sans gluten. S’il n’existe pas d’étude scientifique concluant sur une mise en cause formelle du gluten dans ces cas-là, il s’avère qu’un grand nombre de ces personnes constatent une amélioration, voire une disparition de leurs symptômes suite à l’adoption du régime sans gluten.

On parle alors d’hyper-sensibilité au gluten, qui est donc beaucoup plus répandue que l’intolérance au gluten et qui est à l’origine de l’explosion du « sans gluten » à laquelle nous assistons !Enfin, rappelons que ni la maladie coeliaque ni l’hypersensibilité au gluten ne sont des allergies alimentaires ! Bien que l’allergie au blé existe, celle-ci fait en effet appel à d’autres mécanismes.

Liens utiles :

Intolérance VS Allergie : quelle différence ?

Attention, être intolérant au gluten, ce n'est pas y être allergique ! Autrement, on utiliserait un seul et même mot. D'un côté, l'allergie au gluten, bien que rare, se diagnostique facilement car la réaction allergique intervient immédiatement après avoir ingéré un aliment contenant du gluten. De l'autre côté, l'intolérance au gluten est bien plus difficile à diagnostiquer et peut se déclarer à n'importe quel moment de la vie. Ce n'est pas parce que vous n'êtes pas intolérant au gluten à 20 ans que vous ne le serez pas deux ans plus tard. Si l'intolérance au gluten est difficile à diagnostiquer, c'est parce que les symptômes sont vraiment nombreux. Or, plus vite l'intolérance est repérée, mieux c'est, car cette maladie détruit petit à petit la paroi de l'intestin grêle et peut avoir de très graves conséquences si le patient continue une alimentation dite "normale".

 

Le gluten, finalement, qu'est-ce que c'est ?

Nous entendons beaucoup parler du gluten, ou plutôt du sans gluten, mais la majorité des Français ne savent pas ce qu'est exactement le gluten. En fait, il s'agit tout simplement de protéines qui se trouvent principalement dans les céréales. C'est la présence de gluten dans la farine qui la rend panifiable, car c'est lui qui donne son élasticité à la pâte à pain et qui lui permet donc de lever une fois dans le four.

D'un côté, nous avons les prolamines, protéines présentes notamment dans le blé, l'épeautre, le kamut, le seigle ou encore l'orge. De l'autre côté, nous retrouvons les gluténines qui sont présentes dans l'avoine, le maïs, le riz ou encore le millet. Dans le cadre d'une intolérance au gluten, ce sont les premières protéines qui sont mises en cause car considérées comme toxiques pour les personnes atteintes de maladie coeliaque.

Quels sont les symptômes ?

150.000 Français sont déclarés intolérants au gluten mais beaucoup d'autres le sont très certainement sans le savoir. La liste des symptômes étant très longue, il est plutôt difficile de repérer l'intolérance.

Chez les plus jeunes, la maladie cœliaque est vite repérable : douleurs abdominales, troubles intestinaux, amaigrissement, refus de s'alimenter, fatigue intense. Chez l'adulte, c'est un peu plus compliqué et il est possible de vivre des années sans se rendre compte de son intolérance.

En effet, les symptômes, principalement gastriques (douleurs abdominales, ballonnements, diarrhées chroniques, nausées…) peuvent être considérés comme mineurs. De plus, ces signaux apparaissent petit à petit et non de façon soudaine comme dans le cadre d'une allergie. Seulement voilà : en continuant à consommer du gluten, les personnes atteintes de la maladie coeliaque s'exposent à de graves conséquences. Alors si vous avez un doute sur un possible intolérance au gluten, avant de supprimer le gluten de votre alimentation, n'hésitez pas à consulter votre médecin traitant qui saura vous renseigner.

Tous les guides santé & bien-être
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.