Pic de pollution : quels gestes pour se protéger ?

Marie Caillet - publié le 26/06/2020 à 08:30

Les épisodes de pollution qui frappent régulièrement les grandes villes françaises peuvent représenter un danger pour la population, et encore plus pour les personnes souffrant d'allergies. Pour vous protéger contre les désagréments causés par la pollution, des gestes simples sont à adopter.

Attention aux particules fines !

Le retour des premiers rayons de soleil s’est accompagné des premières chaleurs. Les records de température enregistrés dans toute la France ont entraîné des émissions de particules fines à l’origine des pics de pollution. Les émissions de pollen se produisant à la même période, les personnes souffrant d’allergies sont d’autant plus sensibles aux épisodes de pollution.

Considérées comme le polluant de l’air le plus dangereux pour la santé en France, les particules fines peuvent provoquer de l’asthme, des allergies, des maladies respiratoires ou cardiovasculaires, voire même des cancers. Une exposition permanente aux pollutions par les particules peut être fatale pour les personnes souffrant déjà d’asthme et de broncho-pneumopathie chronique. Elles agissent en pénétrant dans les ramifications les plus profondes des voies respiratoires et se manifestent en cas de pic de pollution par une fatigue inhabituelle, un mal de gorge, des maux de tête, une toux, un essoufflement ou encore des palpitations.

Quels sont les réflexes à adopter pour se protéger ?

Afin de limiter l’inhalation des polluants, le haut conseil de la santé publique recommande aux personnes les plus fragiles (asthmatiques, personnes souffrant de problèmes cardiaques), d’éviter de pratiquer les activités extérieures (balades, activités sportives...). Selon le haut conseil de santé publique, les personnes non allergiques peuvent pratiquer des activités extérieures tant que les premiers symptômes (essoufflement, palpitations, mal de gorge...) ne sont pas apparus.

Si les pics de pollution atteignent leur paroxysme aux heures les plus chaudes de la journée, l’exposition devient plus importante à proximité du trafic automobile : les axes routiers sont une véritable source de polluants en raison de la concentration des particules fines, du dioxyde d’azote et du monoxyde de carbone. Il est par conséquent conseillé de s’éloigner le plus possible des axes routiers très fréquentés et donc très pollués. Les embouteillages, où tous les moteurs sont en marche, accentuent encore le phénomène. Au lieu de vous protéger, la voiture a plutôt tendance à accumuler les polluants et vous expose davantage au risque d’inhalation. Cela est d’autant plus vrai si vous avez la fenêtre abaissée. Il vaut mieux privilégier les métros et les bus.

Selon une étude, les piétons et les cyclistes s’exposent moins à la pollution, du fait que ces derniers, habituellement plongés dans le trafic échappent à l’effet de l’entassement présent dans les embouteillages.

Autre astuce et non des moindres : bien aérer chez soi. L’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), préconise d’aérer les espaces intérieurs au moins 10 minutes par jour et de disposer, dans la mesure du possible, d’un système de ventilation qui fonctionne. Elle recommande d’éviter les feux de cheminée, le tabac, l’encens, les bougies parfumées, sans compter les produits ménagers non écologiques. Si vous êtes sensible à la pollution, n’oubliez pas de laver vos yeux et votre nez avec du sérum physiologique et surtout évitez de réaliser des travaux domestiques : la peinture et les solvants ont tendance à aggraver les réactions du corps face à la pollution.

Restez vigilant quant à l’apparition des premiers symptômes que sont habituellement la toux, les allergies et l’irritation. En cas de gêne respiratoire ou tout autre symptôme relavant des effets de la pollution, n’hésitez surtout pas à consulter votre médecin ou votre pharmacien dans les plus brefs délais : ce dernier vous conseillera un traitement adapté.

Tous les guides santé & bien-être
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.