Les critères pour obtenir une viande bio

Mustapha Azzouz - publié le 18/03/2021 à 11:00

Vous êtes de plus en plus nombreux à privilégier la qualité quand il s’agit de faire vos courses alimentaires. Pour cela, la mention « bio » est une alliée de taille. Elle garantit que l’ingrédient est cultivé ou élevé selon des normes strictes, et donc qu’il est le plus sain et le plus respectueux possible de l’environnement. Mais en matière de viande, qu’en est-il ? À quoi correspond une viande bio ?

Tout savoir de la mention « agriculture biologique »

Pour produire des aliments, certains agriculteurs ont recours à l’utilisation de produits chimiques. Ces derniers leur permettent de lutter contre les maladies, de faire rapidement grandir leurs animaux, etc. Ces méthodes, si elles font leurs preuves en matière de rentabilité sur de grosses exploitations, s’accompagnent malheureusement d’effets néfastes pour l’environnement, et à terme pour la santé. C’est par exemple le cas des pesticides polluant le sol et l’eau, des antibiotiques donnés aux animaux, etc. L’agriculture biologique se différencie donc de ces techniques d’élevage et de production, par plus de respect de la nature. Les engrais chimiques sont interdits, le recours aux médicaments pour le bétail très réglementé et le bien-être animal privilégié.

Critère numéro 1 : le respect du bien-être animal

Les éleveurs cherchant à obtenir le droit d’inscrire « viande biologique » sur leurs produits, doivent donc répondre à un certain nombre de critères. Le premier concerne le bien-être animal. Il est ici impératif que les animaux puissent vivre dans des conditions jugées décentes. Adieu élevages industriels avec promiscuité, insalubrité et surpopulation. Dans les exploitations bio, les animaux doivent pouvoir profiter d’un espace adapté à leur taille, être nourris avec des aliments de qualité, soignés si cela se montre nécessaire et avoir régulièrement accès à un espace extérieur. Leur vie quotidienne doit toujours être agréable et compatible avec leurs besoins naturels (faire de l’exercice, vivre dans le calme, etc.).

Critère numéro 2 : une alimentation saine et naturelle

La viande biologique est également conditionnée par la qualité des aliments donnés aux animaux. La qualité nutritive doit ici être adaptée à la race et ne pas contenir d’hormones de croissance ou d’antibiotiques. Les OGM sont aussi interdits, tout comme les sous-produits animaux. Les éleveurs bio respectent enfin le régime alimentaire de leurs bêtes. Les bovins se nourrissent par exemple d’herbe fraîche. Ils doivent par ailleurs s’assurer et prouver que leurs terres n’ont pas reçu d’engrais chimiques et de pesticides dans les trois dernières années avant de laisser les animaux y accéder.

Critère numéro 3 : des additifs et conservateurs naturels

Une fois l’animal abattu et la viande prête à rejoindre les étals, il est toujours nécessaire de lui ajouter des additifs et des conservateurs. Ces derniers, lorsqu’ils sont d’origine synthétique, peuvent cependant agir sur la santé et aggravent certains phénomènes comme l’asthme, les allergies et les migraines. L’agriculture biologique impose donc le recours à des additifs et conservateurs d’origine naturelle, tels que le thym, le poivre ou le romarin par exemple.

Le saviez-vous ? Ces additifs et conservateurs ont un intérêt

Vous pourriez penser qu’ils ne servent à rien. Ils sont pourtant essentiels pour éviter le développement de bactéries, pour préserver la fraîcheur de la viande et rehausser son goût.

Critère numéro 4 : une parfaite traçabilité

Autre critère essentiel de la viande bio : sa traçabilité. Contrairement au reste de la production traditionnelle, il s’agit ici de faire profiter d’une complète transparence à tous les consommateurs. De l’élevage à la destination de vente, en passant par la zone d’abatage, tout est répertorié et inscrit au sein d’un registre précis et documenté. Ce n’est pas toujours le cas pour le reste de la viande vendue.

Quelles sont les différences entre viande bio et non bio ?

Si la plupart des consommateurs pensent tout d’abord au prix séparant ces deux classifications de viande, ce n’est pourtant pas la plus essentielle. La différence de prix tend d’ailleurs à se réduire. La principale vient plutôt de la qualité du produit en lui-même. Nourris de manière plus saine et ayant pu faire de l’exercice régulièrement au cours de leur vie, les animaux élevés dans un cadre « biologique » offrent une viande plus maigre et de meilleure qualité. Les études confirment également que cette viande contient plus d’oméga 3 anti-inflammatoires, bons pour la santé et beaucoup moins de pesticides, bien qu’on en retrouve tout de même quelques traces.

Bon à savoir : la mention « nourris à l’herbe » est à différencier de « biologique »

Il existe aujourd’hui une sorte de confusion entre ces deux termes. Ils sont pourtant différents. Car « nourris à l’herbe » signifie simplement que les animaux n’ont pas reçu de grains dans leur alimentation. Ils ont cependant pu être exposés aux pesticides (par le biais de l’herbe et du fourrage), aux hormones de croissance et aux antibiotiques.

La viande bio suscite aujourd’hui toujours plus d’intérêt de la part des consommateurs : une tendance encourageant les éleveurs comme les industriels à revoir leur mode de production et à proposer cette viande de qualité de plus en plus fréquemment.

Tous les guides santé & bien-être
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.