Vinted : la plateforme épinglée par l'UFC Que choisir

Anton Kunin - publié le 20/01/2021 à 13:00

La marketplace Vinted se voit reprocher d’appliquer des frais qu’elle annonce comme étant optionnels, mais qui sont en réalité obligatoires.

Vinted
Vinted permet à tout un chacun de vendre des vêtements, accessoires, bijoux et livres.

Vinted : un modèle basé sur un prix net pour le vendeur et des frais pour la plateforme

Si vous avez déjà acheté sur Vinted, vous avez sûrement remarqué, sur la page de validation de la commande, une ligne intitulée « Protection acheteur ». Et oui, sur chaque commande Vinted prélève 5% du prix du produit + 0,70 euro. En effet, sur Vinted le vendeur se voit reverser la totalité de la somme du produit vendu, un argument de taille qui lui a permis d’attirer un grand nombre de vendeurs qui écoulent aujourd’hui leurs stocks sur la plateforme.

Mais Vinted a bien entendu besoin de se faire rémunérer d’une façon ou d’une autre, sans parler des dépenses nécessaires au fonctionnement de la plateforme telles que l’hébergement et la maintenance du site et le Service après-vente. Toutes les plateformes se rémunèrent sur une partie de la somme versée par l’acheteur : lorsque vous achetez sur Amazon, Rakuten ou eBay, le vendeur perçoit une somme inférieure au montant de la commande, la différence servant à faire tourner le site.

Des garanties… qui sont déjà prévues par la loi

Alors, pourquoi les frais prélevés par Vinted ont-ils potentiellement un caractère illégal ? Tout d’abord, Vinted annonce que ces frais, qu’il appelle « Protection acheteur », sont optionnels. Mais en réalité ils sont obligatoires : il n’est pas possible de les refuser. Ensuite, ces frais sont affichés uniquement à la dernière étape, avant le paiement. Ceci est contraire aux principes de conclusion des contrats commerciaux : par le passé, de nombreuses agences de voyages en ligne, sites de réservations d’hôtels et de billets d’avions s’étaient déjà fait condamner pour défaut d’affichage de l’ensemble des frais dès le début de la commande.

Enfin, en réalité, cette « Protection acheteur » n’en est pas une. Elle ne confère pas à l’acheteur de garanties autres que celles déjà prévues par la loi. Selon Vinted, elle consiste en un paiement sécurisé, un accès au Service après-vente et un remboursement si l'article n'est jamais envoyé, s'il arrive endommagé ou n'est pas tel que décrit dans la description. Selon l'UFC Que Choisir, Vinted devrait indiquer clairement qu'il prélève une commission en contrepartie de l'utilisation de son service. L’UFC Que Choisir a d’ores et déjà alerté la Direction générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des fraudes (DGCCRF) au sujet de ces pratiques commerciales douteuses.

À lire aussi : 5 astuces pour bien vendre sur Vinted !

Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.