Les arnaques alimentaires dont vous devez vous méfier

Mustapha Azzouz - publié le 04/06/2020 à 11:00

Nous faisons tous de plus en plus attention à ce qui se trouve dans notre assiette. Pourtant, il existe encore de nombreuses arnaques alimentaires dont les consommateurs ont peu conscience. Voici toutes les informations pour les repérer.

Les additifs alimentaires à fuir

Si c’est dans un aliment commercialisé, c’est qu’il n’y a aucun risque pour la santé ? Eh bien non ! Encore trop d’additifs pouvant mettre en danger la santé sont utilisés. Lorsque vous ferez vos courses, voici les composants à repérer sur les étiquettes et à bannir de votre caddie.

Les colorants

On les retrouve sous les dénominations E104, 122, 123, 124, 127, 129, 131, 132, 133. Certains de ces colorants (dont le E104 et le E124) sont soupçonnés d’être mutagènes, c’est-à-dire de causer des dommages sur l’ADN. Quant aux colorants estampillés E131, 132 et 133, ils sont accusés d’être cancérigènes. Ils auraient également une influence sur l’hyperactivité des enfants, les allergies et l’asthme. Tous ces colorants sont particulièrement présents dans les bonbons, les sodas ou encore les glaces. À noter que le jaune de quinoléine (E104) est interdit pour ces raisons en Australie, en Norvège, au Japon et aux États-Unis.

Les phosphates

Les mentions allant de E338 à 341, puis E343, 450, 451 et E452 concernent des dérivés de phosphates. Leur consommation augmente le risque de maladies cardio-vasculaires et rénales. Ils se retrouvent dans de nombreux aliments comme les sodas, les fromages et la boulangerie industriels.

Les conservateurs

De E214 à E219 puis E231 et 239 : les conservateurs pourraient favoriser l’apparition de certains cancers, dont celui du sein pour les E214 et E219 qui regroupent les parabens.

Les nitrates/nitrites

Ils portent les numéros E205, E250 et E251 et sont considérés par l’OMS comme des cancérogènes probables. Soyez particulièrement vigilant quand vous achèterez de la charcuterie.

Les émulsifiants

Particulièrement présents dans les yaourts et les glaces dont ils améliorent la texture, les émulsifiants déséquilibrent la flore intestinale et endommagent les parois des intestins. Les mentions allant de E432 à E436, puis 471, 472e, 473, 475, 481, 482 et, enfin, de E491 à E496 sont les émulsifiants incriminés. Ils pourraient également avoir un rôle dans l’apparition d’allergies, du cancer du côlon et du diabète.

Le glutamate (E620 à E625)

Cet exhausteur de goût se retrouve partout. Des chips aux mets asiatiques en passant par les plats et soupes préparés : les industriels ne peuvent s’en passer. Pourtant il est soupçonné d’être neurotoxique.

Bon à savoir : l’E171 enfin interdit

Colorant blanc utilisé sous forme de nanoparticules, le dioxyde de titane (E171) est soupçonné d’avoir un effet cancérogène dévoilé par une étude de l’INRA (Institut National de Recherche Agronomique). Par principe de précaution, il est banni de l’industrie alimentaire française depuis le 1er janvier 2020. L’utilisation du dioxyde de titane reste toutefois acceptée dans la confection de médicaments et de cosmétiques, dont le dentifrice.

Les ingrédients néfastes à éviter

S’il est essentiel de surveiller les additifs pour éviter les arnaques, il est également conseillé d’abandonner certains aliments jugés mauvais pour la santé comme :

  • L’huile de palme : trop de graisses saturées qui augmentent le risque de mauvais cholestérol. Sa culture intensive engendre par ailleurs la destruction de forêts abritant les orangs-outans. Si vous ne pouvez résister, préférez une huile de palme durable.
  • Les acides gras trans : aussi appelés « matières grasses partiellement hydrogénées ». Ils favorisent l’augmentation du mauvais cholestérol tout en inhibant le bon. Le risque de maladies cardio-vasculaires augmente alors.
  • Le sirop de glucose et/ou fructose : il provoque des pics du taux de sucre dans le sang qui nécessitent une grande production d’insuline, une hormone qui va transformer ce sucre en graisse.
  • Le gluten : sauf allergie, celui-ci ne représente aucun danger pour la santé. Cependant, il est également utilisé comme agent de texture et se retrouve là où il ne devrait pas être comme dans du jambon. Si vous le pouvez, évitez.

Les ruses à déjouer

L’industrie agroalimentaire ne recule devant rien pour vendre ses produits et, si cela implique l’utilisation de mentions discutables ou d’un packaging à la limite du mensonger, elle le fera.

Les allégations santé

Nous avons tous envie de bien manger, aussi on repère tous les phrases de type « 0 % de matière grasse », « riche en fibres » ou « représente x % des apports journaliers en vitamine C ». Si l’apposition de ces allégations est strictement réglementée, prenez l’habitude de vérifier que le produit sera véritablement bon pour votre santé et que la qualité mentionnée en gros sur le packaging n’est pas associée à une haute teneur en sucre, en matières grasses, en sel ou en calories.

Un packaging qui vous fait du charme

Oui, le visuel n’est pas contractuel, mais quand vous voyez quelques feuilles de basilic sur un pot de sauce tomate au basilic, vous vous attendez à trouver l’herbe aromatique en bonne place dans la composition. Pourtant, en vous penchant sur celle-ci, le basilic arrive en dernière place et votre produit n’en contient même pas 1 % ! Ne vous faites pas arnaquer par les emballages qui vous font miroiter une composition propre ou un savoir-faire terroir, et vérifiez systématiquement la liste d’ingrédients d’un aliment que vous achetez pour la première fois.

Les procédés qui dénaturent vos aliments

La fabrication industrielle d’aliments réserve parfois de sacrées surprises. Ainsi, les olives noires peuvent être des vertes trempées dans de la soude. Il arrive aussi que le saumon fumé ne soit que le résultat d’addition d’un arôme, alors recherchez les mentions « fumé au bois de hêtre » ou un label rouge.

Bon à savoir : des applications pour y voir plus clair

Pour vous aider à décrypter les informations sur les étiquettes, et ainsi éviter les arnaques alimentaires, vous pouvez vous servir des applications gratuites Yuka, MyLabel ou Open Food Facts.

Les arnaques sont partout, même dans les aliments ! Pour manger bon et sain, restez vigilant et surveillez de près les étiquettes.

Tous les guides dépenses du quotidien
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.