Glanage urbain : qu’est-ce que c’est ?

La rédaction - publié le 02/09/2019 à 14:30

Le glanage urbain est une pratique encore peu connue en France, mais qui fait de plus en plus parler d’elle. Dans une société où la notion d’anti-gaspillage est de plus en plus présente, et où la crise a poussé de nombreux foyers dans la précarité, cette pratique tend à se développer.

Le glanage urbain, qu'est-ce que c'est ?

Le glanage urbain consiste à faire les poubelles des grandes surfaces, à récupérer les produits jetés par les producteurs alimentaires, ou encore à garder les restes abandonnés sur les marchés. Cette pratique, à la base développée chez les sans-abris et personnes vivant dans une grande précarité, se développe aujourd’hui auprès de consommateurs éco-responsables, cherchant à stopper le gaspillage. Pour de nombreux glaneurs, le but est certes de faire des économies sur les denrées alimentaires, mais aussi de sensibiliser les consommateurs, producteurs et distributeurs au terrible gaspillage opéré dans nos sociétés occidentales.De plus en plus développé, pas toujours toléré, il n’en reste pas moins une réalité.

Faire les poubelles pour économiser

Fouiller les poubelles des magasins, propriétés de production et marchés peut parfois amener les glaneurs à trouver des trésors. Et les témoignages fleurissent sur la toile : fruits, légumes, yaourts, viande, produits laitiers, œufs, céréales, plats tout prêts, pain ...des tonnes de produits sont jetées chaque jour par les grandes surfaces. Produits impropres à la consommation ? Pas toujours et loin s’en faut ! Les glaneurs récoltent chaque jour des produits simplement abîmés, dont la date d’expiration n’est pas encore passée, ou à l’allure peu engageante, risquant de ne pas plaire au consommateur. Pour eux, il suffit de « cueillir » les aliments encore consommables dans les poubelles.Si la technique peut encore parfois sembler choquante, elle est tout de même de plus en plus populaire auprès des consommateurs. Et les glaneurs sont plus nombreux chaque jour.

Récolter pour soi, et pour les autres

Retraités, étudiants, demandeurs d’emploi, chefs de famille, les glaneurs ont aujourd’hui des parcours très disparates. Une chose est sûre, il ne s’agit plus seulement de sans-abri ! De nombreux témoignages fleurissent sur la toile : un retraité qui avoue économiser près de 400 € en nourriture chaque mois, deux étudiants estimant gagner pour 150 € par semaine de nourriture ... pour eux... La technique vaut le coup ! Si elle ne se limite pas à la France, elle est tout de même de plus en plus répandue dans l’Hexagone. Cependant, les glaneurs se passent un mot d’ordre : solidarité. Ainsi, les produits qu’ils ne conservent pas sont distribués à des associations alimentaires, ou à des sans-abris. Pas question de gaspiller à leur tour !De même, les poubelles des marchés, producteurs et grandes surfaces doivent être laissées dans un état irréprochable. Il ne s’agit pas de vandalisme, mais de récupération.

A-t-on le droit de glaner ?

Pour l’instant, il s’agit d’une zone grise. Pour certaines grandes surfaces, le glanage ne les dérange pas tant que leurs locaux restent propres. Les employés connaissent même parfois les glaneurs, et les acceptent souvent avec bienveillance.Alors finalement où glaner ? Vous pouvez faire les fins de marchés pour récupérer les invendus, et vous renseigner auprès des magasins alimentaires proches de chez vous, afin de voir si les poubelles sont accessibles ou non. Les glaneurs rappellent tout de même que pour certains, fouiller les poubelles est une question de survie.Il faut donc procéder avec respect, entraide et solidarité, afin de sensibiliser le plus grand nombre à la précarité alimentaire, et au terrible gaspillage dont souffrent encore les pays occidentaux.

Tous les guides dépenses du quotidien
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.