Course à pied : devez-vous changer de chaussures ?

Mustapha Azzouz - publié le 31/07/2020 à 15:00

Adepte de running, vous n’êtes sans doute pas sans savoir qu’il est essentiel de s’équiper d’une bonne paire de chaussures pour prévenir blessures et inconfort. Pour les mêmes raisons, en changer à temps est une autre règle fondamentale. Oui, mais quand ?

Qu’est-ce qui conditionne la durée de vie d’une chaussure de course ?

En premier lieu, la constitution de la chaussure en elle-même, et notamment la mousse destinée à amortir les chocs. Celle-ci peut être réalisée à partir de matériaux plus ou moins solides et performants, et donc plus ou moins résistants dans le temps.

Ensuite, il faut différencier chaussures d’entraînement et chaussures de compétition. Les premières sont généralement prévues pour parcourir entre 800 et 1 000 km maximum, selon leur qualité. A contrario, les chaussures de compétition autorisent rarement plus de 300 à 400 km, voire moins. Cet investissement n’est donc intéressant que si votre objectif est de gagner quelques précieuses secondes le jour de la compétition. Sinon, autant garder vos chaussures d’entraînement. Mais cela, c’est la durée de vie théorique de votre chaussure...

Les variables influençant la longévité de votre paire de chaussures de running

La durée de vie de vos chaussures est réellement définie par l’usage que vous en faites. Selon que vous courez sur l’asphalte ou sur terrain souple, vos chaussures seront plus ou moins sollicitées. Dans le premier cas, l’amorti se fatiguera bien plus vite. Votre type de foulée va également avoir une influence. Plus elle sera fluide et homogène, moins vos chaussures s’useront rapidement. En revanche, si vous êtes un habitué de la foulée dite « attaque talon » — c’est-à-dire que votre talon vient toucher le sol en premier, — il vous faudra dire adieu à vos chaussures bien plus vite que prévu ! Ce type de foulée entraîne en effet un choc au sol important, provoquant lui-même une usure prématurée de l’amorti.

C’est aussi une question de poids. Plus votre masse corporelle sera importante, plus la mousse amortissante souffrira à chaque impact. Elle perdra donc plus rapidement ses propriétés.

Savoir reconnaître les signes d’usure de ses chaussures de running

Au vu des nombreux critères pouvant affecter la longévité de vos chaussures, le mieux est d’en faire le tour de manière régulière pour jauger leur degré d’usure. Certains indices vous alertent clairement que vos chaussures méritent d’être remplacées sans tarder.

La gomme de la semelle extérieure est trop effacée

Comme un pneu, la surface de votre semelle extérieure perd de la gomme au fil des kilomètres. Ce faisant, l’adhérence diminue. Si vous pouvez continuer à courir alors que la gomme est partiellement effacée, n’allez pas non plus jusqu’à la dernière limite !

La semelle extérieure présente un affaissement inégal important

Sauf si vous avez une foulée universelle, vous constaterez une usure plus marquée d’un côté que de l’autre au niveau de la semelle extérieure. Cet affaissement, qui est le témoin d’une foulée pronatrice ou supinatrice — respectivement, usure prononcée de la partie intérieure ou extérieure, — commence à poser problème lorsqu’il devient trop important. En effet, cela amplifie le risque de blessure puisque votre pied est davantage susceptible de partir vers la gauche ou vers la droite. Typiquement, la chaussure posée à plat sur le sol penchera d’un côté ou de l’autre. À ce moment, il est temps d’investir dans une nouvelle paire !

Vous éprouvez des douleurs tendineuses

Des douleurs touchant les tendons peuvent signifier que l’amorti de votre paire de chaussures est arrivé en fin de vie. Si elle a déjà beaucoup de kilomètres au compteur, et malgré un état correct de la semelle extérieure, ne tergiversez pas : changez-en.

Comment payer mes chaussures de running moins cher ?

Les chaussures de course à pied ont la réputation de coûter cher. Du côté des marques, il faut facilement sortir un billet de 100 € pour s’offrir une paire basique. Pour les modèles plus techniques, les prix s’envolent : jusqu’à 400 € et plus. Sur le prix d’une paire de chaussures, les marques se rémunèrent à hauteur d’environ 40 %. Moralité ? Mieux vaut les contourner ! Il n’est pas pour autant question d’acheter du bas de gamme : vos chaussures s’useront plus vite et vous devrez les renouveler plus souvent. Vous ferez donc des économies sur le coup, mais pas sur la durée. Sans compter le risque accru de blessures si la chaussure ne tient pas correctement le pied.

Le bon juste milieu ? Se tourner vers les marques de distributeurs spécialisés, comme Kalenji chez Decathlon. Vous économiserez ainsi sur le prix de revente, puisqu’il sera inexistant ! Le tout, sans vous priver de la qualité.

À noter : d’autres conseils pour réduire la note

Pensez aussi aux fins de série et aux modèles en solde, même si ce n’est pas le moment d’en changer à l’instant t. Vous serez déjà équipé, et à moindre coût ! Il y a aussi l’option cashback, si vous faites vos achats en ligne.

Vous avez encore un doute quant au fait de devoir ou non changer vos chaussures de running ? Rendez-vous en magasin pour comparer l’état de la semelle et les sensations que vous provoque l’amorti avec une paire identique ou aux caractéristiques équivalentes. Vous devriez être définitivement fixé !

Tous les guides guide d'achat
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.