Compost : le fabriquer et l'optimiser

La rédaction - publié le 02/03/2020 à 09:15

Les déchets organiques représentent environ 30 % du contenu de notre poubelle selon l'ADEME. Une solution pour recycler et réutiliser ces déchets du jardin : le compostage. Comment ça marche ? A quoi ça sert ? Comment l'utiliser ?

Compost : le geste indispensable pour un jardin écologique... et économique !

En recyclant vos déchets de cuisine et de jardin, vous obtenez gratuitement un composant organique qui libère des minéraux, indispensables à la vie du sol. Ainsi, plus besoin d’acheter d’engrais (chimique !) pour votre jardin, et le volume de vos déchets est diminué d’environ 100 kg par personne et par an, selon l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie). Une économie pour vous, car il faut compter environ 8 euros pour un sac de terreau dans le commerce mais aussi pour l’Etat, puisque les coûts liés au recyclage des déchets en sont réduits.

Bien choisir son mode de compostage

Il y a plusieurs solutions pour transformer vos déchets en compost. Ce choix se fera en fonction de l’utilisation que vous souhaitez en faire et du volume à composter.

  • Le composteur : procurez-vous avant tout un bac à compost, souvent financé par les collectivités (renseignez-vous en mairie). Vous pouvez aussi très bien le fabriquer vous-même avec quelques planches !

Quelle taille choisir ? Une capacité de 100 à 200 litres pour un jardin de moins de 100m2, de 200 à 600 litres pour un jardin de 100 à 500m2, et de 600 à 800 litres pour une superficie de plus de 500m2.Coût : si vous ne pouvez pas en avoir par la mairie, comptez environ 30 euros pour un composteur de 500 L.C’est un mode de compostage qui peut très bien être réalisé collectivement, par exemple à l’échelle de votre quartier ou de votre immeuble.Le plus : Ce système favorise le processus de compostage, car il conserve l’humidité et facilité la montée en température.

  • Le compostage en tas : les déchets sont disposés directement sur le sol, dans un endroit abrité du vent et à l’ombre.

Le plus : l’avantage de ce type de compostage est qu’il ne limite à aucun volume. Le brassage (aération du compost) y est aussi plus aisé. Sans compter qu’il est gratuit !

  • Le compostage en fosse : les déchets sont placés dans un trou à environ 50 cm du sol.

Le plus : le compostage est facilité par les vers de terre. Et surtout, il ne coûte rien, si ce n’est un peu d’huile de coude le temps de creuser la fosse ;)

Optimiser son compost

Ça y est, vous vous êtes décidé à vous mettre au compostage vous aussi ! Encore faut-il savoir comment s’y prendre ! Rien de bien compliqué, il suffit de suivre la démarche pour obtenir un compost réutilisable :

  • Placez-le au bon endroit : à l’ombre, afin de préserver au maximum le compost des mauvaises odeurs, sur une surface plane et en contact avec le sol.
  • Humidifiez régulièrement le compost, sinon il sera inefficace.
  • N’oubliez pas de le mélanger de temps à autre, pour favoriser son aération.
  • Retournez-le complètement au moins deux fois dans la saison.
  • Alimentez-le par des apports variés : débris de cuisine (épluchures, légumes, restes de repas, coquilles d’œufs...), déchets du jardin (fleurs fanées, gazon, branches d’arbres en petits morceaux...)
  • Renseignez-vous sur les éléments qu’il ne faut pas mettre dans le compost : cendres de bois ; plastique ; terre, sable et autres gravats ; litières ; tissus synthétiques ; métaux et verre.

Que faire de mon compost ?

  • Au bout de 4 mois, ce jeune compost servira comme paillis, une couche organique protectrice, à déposer au pied des végétaux à l’été ou à l’automne. Elle permettra de protéger et nourrir le sol en hiver.
  • Au bout de 8 mois, il peut être utilisé en rempotage ou pour les semis, en le mélangeant à de la terre.

En ville aussi : j'opte pour le lombricompostage

« Recycler ses déchets, c’est bien beau, mais seulement quand on a un jardin ! » Faux ! Le compostage est aussi possible à l’intérieur même de son logement. Cela s’appelle le lombricompostage (ou vermicompostage). Sous ce nom barbare se cache en fait un principe tout simple : les déchets sont placés avec des vers de terre dans un bac alimenté de terre et un peu d’eau. Les vers se nourrissent des déchets qu’on leur fournit et leurs déjections forment le compost.Avantage : cette technique convient aux intérieurs puisqu’elle ne nécessite pas beaucoup de place et ne dégage aucune odeur.Coût : pour vous procurer un vermicomposteur, vous pouvez vous orienter vers les jardineries et boutiques spécialisées, ou même sur internet. Les prix varient, selon les modèles et leur capacité, de 80 à 200 euros.Astuce : pour faire des économies, vous pouvez le fabriquer vous-même ! Pour cela, procurez-vous trois boîtes de rangement qui s’empilent l’une sur l’autre et un couvercle pour celle du dessus. Faites des trous dans deux des trois boîtes, ce qui permettra aux vers de passer d’un étage à l’autre, et le tour est joué !

Tous les guides maison
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.