Les ampoules basse consommation : une idée lumineuse !

Florian Billaud - publié le 04/03/2020 à 09:15

Depuis août 2011, les ampoules à incandescence 40 W ont déserté les rayons. Remplacées progressivement par les LBC (Lampes Basse Consommation), ces dernières ne font toujours pas l'unanimité. Retour sur la polémique !

L'électricité : la facture est lourde

L’énergie ça coûte cher et ce n’est pas la facture tombant à la fin du mois qui nous dira le contraire. Envie de réduire les charges ? Le premier geste à adopter est de toujours éteindre la lumière avant de quitter une pièce.Le prix de l’électricité ne cesse d’augmenter et notre planète ne fait que se dégrader. Chaque année, nous consommons plus de 3500 kwh. Il est donc impératif pour l’environnement de modifier nos méthodes d’éclairage, mais il ne s’agit pas là de la seule ombre au tableau. Sur notre facture d’électricité, 15,5 % sont consacrés à l’éclairage soit une dépense moyenne d’environ 330 €/ an. Bien évidemment cela reste une estimation, tout dépend du nombre de personnes composant le foyer, de la superficie de la maison...

Entre économie et écologie : les ampoules basse consommation rayonnent dans nos maisons

Vous pouvez ranger les chandeliers de mémé, l’ampoule à basse consommation est arrivée dans nos foyers. Le filament de nos bonnes vieilles ampoules à incandescence a été remplacé par de la vapeur de mercure. Il existe deux types de lampes basse consommation sur le marché : les fluocompacts et les LED.En remplaçant vos ampoules classiques de 100 W par des ampoules à basse consommation de 20 W, vous économisez jusqu’à 90 € sur votre facture annuelle pour un éclairage quasi similaire. De plus, les ampoules à basse consommation ont une durée de vie 10 fois supérieure aux ampoules à incandescence. Sans oublier qu’elles sont moins lourdes et qu’elles permettent donc de réduire le volume des déchets.Par ailleurs, les ampoules traditionnelles produisent 5 % de lumière et 95 % de chaleur alors que les LBC se situent plus aux alentours de 80 % de lumière et 20 % de chaleur. Elles sont donc plus sécurisées et permettent donc d’économiser jusqu’à 80 % d’énergie.

La polémique des ampoules basse consommation : une ombre au tableau ?

Même si les ampoules basse consommation font l’unanimité, tout n’est pas parfait :

  • Ces nouvelles sources de lumière sont un peu plus chères que leurs ancêtres : 5 € au lieu de 1 €.
  • De plus, la luminosité n’est pas aussi bonne qu’avec des ampoules à incandescence, il faut attendre un certain temps avant que la puissance soit au maximum.

Par conséquent, si nous n’en avons pas un usage permanent, est-ce vraiment rentable ? Surtout qu’éteindre et rallumer ce type d’ampoule l’use plus rapidement et que ce sont les premières minutes d’éclairage qui consomment le plus d’énergie.Mais là où la polémique fait rage, c’est bien au niveau de sa composition. Contenant du mercure, ces ampoules peuvent s’avérer nocives pour l’environnement et la santé. Un recyclage est donc indispensable et les vendeurs ont obligation de reprendre ces ampoules usagées.En termes de santé, rien n’a encore prouvé qu’elles comportent de réels dangers. Même s’il est conseillé, en cas de casse, d’aérer la pièce pendant au moins 1h, la concentration retombe très rapidement. Les ondes électromagnétiques émises pas les ampoules posent aussi problème, mais aucune recherche à l’heure actuelle n’a encore éclairci cette rumeur.Quoi qu’il en soit, on est rarement collé nez à nez avec notre ampoule toute la journée et à moins d’avoir un bureau faisant la taille d’un cagibi, il n’y a aucun danger. Alors ouf, nous voilà rassuré ! Et vous, avez-vous déjà opté pour ces ampoules à économie d’énergie ? Quel est votre avis ? Avez-vous remarqué des différences sur la facture ?

Tous les guides maison
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.