Comment jardiner sans jardin ?

Mustapha Azzouz - publié le 13/02/2020 à 13:00

Cultiver son petit lopin de terre, voilà un rêve que partagent bon nombre de citadins vivant en appartement. Même si ça semble impossible, il existe des solutions pour récolter ses propres fruits et légumes quasi gratuitement !

Les jardins familiaux

Plus connus sous l'ancien nom de « jardins ouvriers », ils s'imposent comme une solution pour les citadins en mal de verdure. Situés dans des espaces verts communs aux abords des villes, ces jardins sont divisés en parcelles individuelles. Elles sont proposées aux habitants n'ayant pas de jardin, pour venir y cultiver leurs fruits et légumes mais aussi des fleurs et des plantes. La récolte est destinée à un usage strictement personnel.

La plupart de ces espaces sont gérés par les services municipaux ou une association de riverains. Les heureux propriétaires (ou plutôt locataires) de ces lopins de terre doivent s'engager à respecter un règlement intérieur. On y trouve les horaires d'ouverture, les modalités d'approvisionnement en eau, le partage des outils, les types de cultures (biologique le plus souvent), etc.

L'avantage de ces parcelles ? Elles sont accessibles sans critères économiques ou sociaux, tout le monde peut donc prétendre à l'obtention de l'une d'entre elles dans sa commune. Pour cela, il faut s'inscrire auprès de la mairie ou de l'association qui gère les jardins, et mieux vaut s'y prendre tôt. Le système étant très intéressant, il faut savoir se montrer patient pour obtenir son bout de terre, car la liste d'attente est souvent longue (d’une à plusieurs années à poireauter).

Chaque année, les jardiniers-citadins paient une cotisation à la municipalité. Elle varie entre 1 et 30 euros à l'année. C'est une très bonne affaire pour faire des économies ! Mais c'est aussi une occasion plus que profitable de rencontrer d'autres habitants, d'échanger des graines ou des trucs et astuces, de partager son expérience, de redonner un peu de vie à un quartier et surtout de prendre plaisir à cultiver et à déguster ses propres légumes par la suite. Si vous aussi vous avez la main verte mais pas d'espace pour laisser libre cours à votre passion, courez vous renseigner auprès de votre mairie !

Les jardins partagés

Sur un principe similaire à celui des jardins familiaux, les jardins partagés sont des espaces communs, bien souvent gérés par des associations (ou les jardiniers de la ville), où l'on peut venir donner un coup de main pour retourner la terre, labourer, semer, entretenir, et profiter de la récolte commune. Chaque association organise le travail et la répartition de la récolte selon ses règles propres.

Pour pouvoir y accéder, il est nécessaire d'adhérer avec une petite cotisation et de participer aux tâches en se rendant sur place un certain nombre d'heures par semaine ou par mois. C'est une excellente occasion de se faire la main lorsqu'on est en attente de l'attribution d'une parcelle dans un des jardins familiaux et de venir piocher les meilleures idées de jardiniers expérimentés.

Propose jardin contre bons soins et partage des récoltes…

Si vous possédez un jardin et que vous manquez de temps pour vous en occuper sérieusement ou bien si vous avez la main verte et que vous rêvez de cultiver vos légumes mais que vous n'avez pas de terrain, le concept de « Prêter son jardin » et « Plantez Chez Nous » va vous plaire. Encore très confidentielle, nul doute que cette idée fera un véritable carton.

Le principe est simple : partager sa terre ou son savoir-faire avec un voisin. Tout le monde y gagne ! Si vous êtes le prêteur, vous bénéficiez en échange d'une partie de la récolte de votre potager. À l'inverse, vous pourrez cultiver vos légumes gratuitement même si vous ne possédez pas de jardin.

L'objectif principal de ce site est donc de créer un réseau humain partout en France, en mettant en relation des propriétaires un peu dépassés avec des jardiniers passionnés. Il suffit de s'inscrire pour déposer une annonce ou consulter toutes les informations concernant les propositions dans sa région.

Jardiner sur son balcon

Avoir un potager à portée de main quand on vit en appartement c’est possible, il suffit d’aménager son balcon ou sa terrasse ! Plusieurs options s’offrent à vous. Vous pouvez par exemple multiplier les pots avec des plantations en tout genre. Radis et salades pourront tout à fait s’épanouir dans des jardinières de 15 à 20 cm de profondeur. Pour les courgettes, les framboisiers ou les tomates cerises, vous aurez besoin d’un pot de 40 cm de profondeur minimum.

Avant de faire votre choix, pensez bien à la place dont votre plant aura besoin pour se développer et à la taille qu’il atteindra à l’âge adulte. Pensez également à trouer les pots pour offrir une parfaite évacuation de l’eau. En revanche, tenez-vous éloigné des bacs à réserve d’eau. En effet, en cas de grosses pluies, l’eau stagne au niveau des racines, ce qui risque de les asphyxier.

Vous pourrez par ailleurs installer un jardin sur votre balcon grâce à un bac à potager carré. Pour plus de confort, choisissez-le sur pieds. Vous pourrez y faire cohabiter plusieurs espèces et organiser une rotation dans vos plantations. Pour un bon rendement, il est impératif de respecter l’espace dont chaque plante a besoin. Les herbes aromatiques sont un incontournable des carrés potagers mais vous pourrez également y cultiver des fraises, des haricots verts, des radis, des salades, des aubergines, des échalotes ou encore des petits oignons.

Bon à savoir : le terreau, l’élément essentiel

Lorsque l’on installe un potager sur son balcon, il faut faire le plein de terreau. Si le terreau universel pourra tout à fait convenir au jardinage, il ne retient pas très bien l’humidité. Préférez donc un terreau pour légumes ou spécial balcon qui vous permettront d’espacer les arrosages. Quelques billes d’argile dans le fond du pot assureront le drainage.

Avertis ou débutants, les jardiniers-citadins en mal de verdure vont enfin pouvoir s'adonner à leur passion. À l'heure où jardiner est devenu tendance et aide considérablement à améliorer le quotidien et le pouvoir d'achat, voilà quelques solutions pour se mettre au vert : à condition de se renseigner auprès de sa mairie ou des sites comme Prêter son jardin. N'attendez pas le dernier moment car, à l'approche des beaux jours, les demandes sont de plus en plus nombreuses et les places de plus en plus rares ! Et sinon, pensez à votre balcon !

Tous les guides maison
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.