Low-cost : nos conseils pour voyager vraiment moins cher !

La rédaction - publié le 04/10/2019 à 14:30

Au-delà des offres très alléchantes, les compagnies aériennes low-cost réservent parfois des surprises. Comment être certain de s'envoler à prix plancher ?

Faire la différence entre un prix d'appel et le tarif réel

« Décoller pour 1 € », « Tous nos billets à 3 € »... tentant, non ? C’est sans compter sur le petit astérisque spécifiant la mention « à partir de ». Les prix annoncés s’entendent hors taxes. Il faut donc y ajouter la TVA, les frais de dossiers et les options diverses.... Le résultat est sans équivoque : le prix passe souvent du simple au triple.Exemple : un aller-retour Bruxelles-Dublin annoncé à 8 €, finit par coûter 40 € à la fin de la commande, soit cinq fois plus. Même si cela reste une bonne affaire, ne vous emballez pas immédiatement pour un tarif dérisoire, qui va à coup sûr augmenter !

Anticiper pour faire des économies

Point de tarifs réduits pour les adeptes du "last minute" ! La plupart des compagnies low-cost fonctionnent sur le même principe : les offres d’appel, toujours mises en avant à grand renfort de publicité, ne s’appliquent qu’aux premières réservations, le prix augmentant au fur et à mesure que les places dans l’avion diminuent. Alors pour un week-end surprise en Espagne, on repassera ! Mieux vaut s’y prendre à l’avance.Bon à savoir : les réservations sont ouvertes un an à l’avance pour Ryanair, dix mois pour Easyjet, cinq mois pour Vueling et trois mois pour Transavia.

Eviter les options

Une fois votre vol trouvé, vous n’êtes pas au bout de vos surprises : la commande est semée d’embûches. Entre les propositions d’hôtel, la location de voiture ou encore les excursions, succomber aux options ne va faire que gonfler la facture.Attention : contrôlez toujours votre panier avant de le valider et supprimez toutes les options inutiles.

Voyager léger

Le point noir des compagnies low-cost ? Le transport des bagages est en sus ! Là où le billet sur une compagnie classique comprend un (voire deux) bagages de 23 kg en soute dans le prix initial, il y aura bien sûr un supplément à prévoir avec le low-cost : 10 € pour Transavia, 11 € pour Easyjet, 25 € pour Ryanair (pour 20 kg maximum).Astuce économique : mieux vaut réserver vos bagages en ligne, car une fois à l’embarquement, on vous demandera le double du prix. Le low-cost, c’est donc bien, à condition de ne partir qu’un week-end et de pouvoir tout transporter dans son bagage à main. Attention, car celui-ci ne peut pas dépasser 10kg (12 dans certains cas) et ses dimensions sont strictement règlementées.

Savoir se montrer flexible

Difficile de voyager sur des compagnies low-cost le weekend. Les lignes régulières ayant la priorité, les vols sont souvent repoussés au jeudi et au lundi. Vous souhaitez encore baisser le prix de votre billet ? Montrez-vous flexible. D’un jour à l’autre, les tarifs peuvent varier du simple au double.

S'accomoder d'un service plus restreint

Si le prix baisse, les prestations aussi. Terminé le café servi gracieusement en vol, les toilettes sont en passe de devenir payantes, chaque poste de dépenses est scrupuleusement supprimé pour réduire le prix du billet. Mieux vaut donc prévoir de prendre une collation avant le départ ou une fois arrivé à destination, les prix pratiqués en vol ou dans les terminaux de l’aéroport pour un simple café ou encore un sandwich s’envolent.Astuce économique : sachant que le transport de liquide est désormais strictement réglementé, l’achat d’une bouteille d’eau en zone duty-free est souvent un des seuls moyens de pouvoir s’hydrater sans se ruiner en vol. Pourtant, il est parfaitement possible de passer le poste de sécurité avec une bouteille vide pour la remplir ensuite avec l’eau du robinet avant d’embarquer.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils voyages
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.