Ce que vous pouvez prendre (ou pas) dans une chambre d’hôtel

Fabienne Cornillon - publié le 30/06/2020 à 14:58

Partir à l’hôtel, c’est s’offrir un moment de confort et de luxe. Vous n’avez rien à gérer, le personnel est aux petits soins pour vous aider à passer un délicieux séjour. Mais il ne faut confondre plaisir, confort et propriété. Certains touristes oublient cela et considèrent que ce qui est dans la chambre leur appartient. Or, si c’est le cas de certains accessoires, d’autres appartiennent à l’hôtel.

Quels hôtels sont touchés par le vol ?

La réponse est simple : tous. Il ne s’agit donc nécessairement d’un besoin financier, mais plus du plaisir de partir avec un souvenir. Ainsi, même les hôtels de luxe sont victimes de vols. Selon un sondage Harris Interactive pour hotels.com, 26 % des Français avouent avoir mis au moins un objet appartenant à l’hôtel dans leurs bagages lors d’un séjour dans un tel établissement. Certains hôteliers perdent 10 % de leur stock de linge chaque année.

Les objets les plus volés dans une chambre d’hôtel

Une étude commanditée par Wellness Heaven menée auprès d’hôtels 4 et 5 étoiles nous permet de mieux comprendre les objets qui suscitent la convoitise chez les touristes. Elle propose ainsi un top 20 des objets les plus volés :
- les serviettes ;
- les produits de toilette ;
- les crayons ;
- la vaisselle ;
- les couverts ;
- les produits cosmétiques ;
- les piles ;
- les œuvres d’art ;
- les draps ;
- les coussins ;
- les assiettes, tasses et verres ;
- les télécommandes ;
- les ordinateurs ;
- les sèche-cheveux ;
- les fers à repasser ;
- les cafetières ;
- les lampes ;
- les téléphones ;
- les téléviseurs ;
- les matelas.

Concrètement, tout peut être volé dans une chambre d’hôtel. Toutefois, il faut être sacrément gonflé pour voler un matelas, ce n’est l’objet le plus discret à transporter ! Le préjudice causé peut être important lorsque les hôtels se font voler des œuvres d’art.

Les objets que l’on peut emporter après un séjour à l’hôtel

Lorsque vous dormez à l’hôtel, sachez que certains objets peuvent être emportés sans que vous risquiez de devoir rendre des comptes à l’hôtelier. Ainsi, vous êtes tout à fait en droit de repartir avec les articles de toilettes (savon, gel douche, shampoing), sauf, bien sûr, s’il s’agit d’un distributeur accroché au mur. Il est également parfois possible de repartir avec les blocs-notes et les stylos qui ne sont autres que des publicités pour l’établissement hôtelier. Concernant les autres objets, il n’est évidemment pas possible de repartir avec.

Quels sont les recours des hôteliers ?

De prime abord, il semble simple de se retourner contre la personne qui a occupé la chambre dès lors qu’un vol a été découvert. Toutefois, pour accuser quelqu’un, il faut pouvoir prouver qu’il est responsable de l’acte. Or, il est tout à fait interdit de placer une caméra dans une chambre d’hôtel.

De plus, même si la responsabilité du touriste est prouvée, quels sont les recours d’un hôtelier ? Il semble difficilement imaginable d’intenter une action en justice pour le vol d’une serviette qui coûte quelques euros. Le responsable de l’hôtel tente en général de trouver une solution amiable avec le client en lui envoyant un courrier recommandé accompagné de la facture du produit volé. Si cette solution n’aboutit pas et que le vol représente une somme importante, comme c’est le cas lors du vol d’un objet d’art, il est possible cette d’envisager de recourir à un avocat.

La seule possibilité qu’ont les hôteliers de se couvrir est de faire une préautorisation bancaire qui correspond à la valeur du minibar. Si le client part sans payer les consommations de sa chambre, il pourra être débité à hauteur de sa consommation. C’est malheureusement la seule protection pour les hôtels.

Les solutions pour éviter le vol dans une chambre d’hôtel

Comme c’est le cas dans les magasins, certains professionnels de l’hôtellerie choisissent de placer des antivols sur les objets qui se trouvent dans les chambres. Peignoirs, chaussons, serviettes, l’hôtelier est alerté si un client passe la porte de l’hôtel après avoir dérobé des objets. Toutefois, le rapport qualité/prix de cette opération n’est pas favorable à l’hôtelier.

La meilleure solution serait tout simplement de procéder à un état des lieux. Après tout, le nombre d’objets à vérifier n’est pas si important, cela prendrait quelques minutes et le gain pour les établissements serait conséquent. Toutefois, selon la nature de l’hôtel, cela n’est pas toujours possible. Lorsque la réception n’est pas ouverte en permanence, les clients peuvent repartir durant la nuit. De même, pour un petit hôtel, cela contraindrait la personne qui gère l’accueil à abandonner son poste quelques minutes.

Certains établissements ont choisi de vendre les objets qui se trouvent dans la chambre avec le logo de l’hôtel. Cela pourrait sembler être une bonne solution pour permettre aux clients de repartir avec les objets de l’hôtel sans les voler. Toutefois, s’ils avaient réellement voulu jouer la carte de l’honnêteté, ils auraient simplement pu demander à l’accueil s’il était possible de repartir avec un peignoir ou une serviette.

Il semblerait donc que les hôteliers soient contraints de se résigner à accepter les vols dans les chambres de leurs hôtels. Bien sûr, cela ne signifie pas que vous puissiez vous sentir autorisé de repartir avec des accessoires lors de votre prochain séjour à l’hôtel.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils voyages
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.