Les risques de la customisation de votre plaque d’immatriculation

Mustapha Azzouz - publié le 20/10/2020 à 16:00

Si les plaques d’immatriculation permettent désormais une certaine dose de personnalisation, il est préférable de ne pas s’emballer. En effet, la customisation de votre plaque d’immatriculation vous expose à quelques risques qui concernent principalement votre budget, puisque les amendes à régler peuvent être très lourdes. Découvrez comment customiser vos plaques minéralogiques tout en respectant la loi.

Plaque d’immatriculation, quelles sont vos obligations ?

Pour qu’une plaque d’immatriculation vous permette de ne pas vous mettre hors la loi, elle devra respecter certaines règles. Pour être conformes, vos plaques d’immatriculation doivent porter :

  • Le symbole européen réglementaire (fond bleu avec les étoiles jaunes et le F de France au-dessous) ;
  • Une police bâton réglementée ;
  • Des caractères noirs ;
  • Le numéro TPMR inscrit en filigrane sur un fond réfléchissant blanc ;
  • Le numéro TPPR inscrit au bas de la plaque ;
  • Le numéro de traçabilité inscrit sur l’arrière de la plaque ;
  • L’identifiant territorial (numéro du département et logo de la région correspondante).

Outre ces inscriptions et caractéristiques techniques, évitez les risques de la customisation de votre plaque d’immatriculation en optant pour les modèles qui respectent les dimensions en vigueur :

  • Voiture : 520 × 110 mm ou 275 × 200 mm pour les 4×4 ;
  • Moto : 210 × 130 mm ;
  • Cyclo : 210 × 130 mm.

Pour rester dans la légalité, vous devrez ensuite fixer vos plaques d’immatriculation à l’aide de rivets et non de vis ou de colle.

Bon à savoir : quand dois-je changer mes plaques d’immatriculation ?

Depuis la mise en place du SIV (Système d’Immatriculation des Véhicules) en 2009, il n’est plus nécessaire de changer vos plaques d’immatriculation à chaque changement de propriétaire. Un numéro est attribué à chaque véhicule lors de sa première mise en circulation et il le gardera jusqu’à sa destruction. Attention cependant si, avec le temps, vos plaques d’immatriculation deviennent illisibles, vous devrez acheter un nouveau jeu.

Comment customiser sa plaque d’immatriculation légalement ?

Pour éviter les risques de la customisation de votre plaque d’immatriculation tout en la personnalisant, vous pouvez choisir le département qui y sera inscrit. En effet, il n’est plus obligé de faire figurer son département de résidence sur ses plaques. Une fois le département choisi, la région dont il fait partie lui sera automatiquement associée. Pour ne pas écoper d’une amende à cause de la personnalisation de votre plaque d’immatriculation, le département et la région doivent être les mêmes à l’avant comme à l’arrière.

Vous vous dites certainement que, puisqu’il est possible de choisir son département, vous pouvez parfaitement recouvrir cette mention d’un autocollant ou d’un sticker. Détrompez-vous ! C’est typiquement l’un des risques de la customisation de votre plaque d’immatriculation les plus répandus. Même si cela n’empêche en rien la lecture de votre plaque, cette pratique reste illégale. Votre plaque minéralogique ne vous permettra pas de manifester votre fidélité à votre club de foot préféré, mais vous pourrez toutefois changer le numéro de département et de région en commandant de nouvelles plaques.

Un autre moyen de customiser votre plaque d’immatriculation sans prendre de risques est d’y faire figurer un court texte qui vous est cher. Attention, si cette inscription est autorisée, elle ne doit pas empêcher la lecture de votre plaque. Il peut s’agir d’une citation, d’un proverbe ou d’un surnom. Pour éviter de vous attirer des problèmes, évitez les propos insultants.

Enfin, s’il est courant de voir des voitures avec des plaques d’immatriculation personnalisées grâce à une police fantaisie, ne succombez à pas à la tentation de les imiter. En effet, ces plaques ne sont pas homologuées et, si le propriétaire du véhicule les estime lisibles, cela ne sera peut-être pas le cas du prochain officier de police qui le contrôlera.

Plaques non conformes : ce que vous risquez

La customisation de votre plaque d’immatriculation peut vous exposer à une belle amende. En effet, si votre plaque n’est pas conforme, c’est-à-dire si elle ne respecte pas l’une des règles citées précédemment, vous pourriez écoper d’une contravention de 4e classe. D’un montant forfaitaire de 135 €, elle peut être minorée à 90 € en cas de paiement rapide (moins de 3 jours pour une amende remise en main propre et moins de 15 jours pour une contravention reçue par courrier). Si vous dépassez le délai de 45 jours, vous devrez vous affranchir d’un paiement de 375 €. Par la suite, il est bien évidemment fortement conseillé de commander de nouvelles plaques d’immatriculation conformes.

Bon à savoir : quel prix pour des plaques d’immatriculation ?

En fonction de la taille, de la matière et des finitions, le prix des plaques d’immatriculation peut passer du simple au double. Ainsi, pour des plaques minéralogiques de voiture, comptez entre 15 € pour un jeu en aluminium et 35 € pour une version en plexiglas relief. À ce coût s’ajoutera la pose. Au final, il faut compter entre 40 € et 60 € pour profiter de plaques d’immatriculation neuves.

La customisation de votre plaque d’immatriculation est tentante, mais les risques encourus ont de quoi faire réfléchir à deux fois avant de s’affranchir des règles. En effet, avec une addition comprise entre 90 € et 375 € pour un sticker ou une police fantaisie, cela vaut la peine de laisser sa personnalité s’exprimer ailleurs que sur ses plaques d’immatriculation.

Réduisez vos factures grâce à nos conseils voyages
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En m’inscrivant, j’accepte les C.G.U. et de recevoir les newsletters de Radins.com par email.